Publi-Communiqué

Hybride : une fiscalité porteuse

L’hybride bénéficie d’incitations fiscales propres à compenser la majoration de tarif que suppose cette motorisation. En 2015, le bonus est un peu moins favorable qu’auparavant pour les hybrides « classiques » (moins de 110 g/km de CO2) puisqu’il se trouve dorénavant plafonné à 2 000 euros, avec un mode de calcul établi à 5 % du coût d’acquisition TTC du véhicule, doublé d’un minimum garanti de 1 000 euros.

795
Hybride : une fiscalité porteuse

L’hybride rechargeable conserve, pour sa part, le même soutien qu’en 2014, avec un plafond à 4 000 euros vite atteint sur la base d’un abattement de 20 % du prix du véhicule. Seule condition à remplir pour profiter de cette aide : afficher des émissions inférieures à 60 g/km de CO2.

D’autres mesures apportent un intérêt supplémentaire à l’intégration d’un hybride, à l’image de l’exonération de TVS (taxe sur les véhicules de société) pendant deux ans ou, selon les régions, la carte grise gratuite ou à moitié prix. Autre avantage pour les hybrides diesel, ces derniers bénéficient bien évidemment de la récupération de la TVA sur le gazole.

Enfin, il est à noter que la prime à la conversion, qui a succédé il y a quelques mois au superbonus, peut ajouter une aide à l’acquisition ou à la prise en location, de 2 500 euros pour un véhicule émettant entre 21 et 60 g/km de CO2, et de 500 euros pour un modèle entre 61 et 110 g/km. Des aides qui imposent, entre autres conditions, qu’il y ait en parallèle retrait de la circulation d’un véhicule diesel à des fins de destruction.

PARTAGER SUR