Hybrides et hybrides rechargeables : la priorité pour 2019

Le passage au cycle WLTP au 1er septembre a modifié le positionnement des hybrides. Globalement, ces modèles sont perdants sur leur supposée sobriété mais les plus avancés tirent leur épingle du jeu. Voici l’état de l’offre et une leçon : pour échapper au malus et à la TVS, il n’y a pas mieux qu’un hybride essence rechargeable hors électrique.

- Magazine N°242
5393
Hybrides - En WLTP corrélé, le RAV4 de Toyota affiche des émissions de CO2 de 122 g en 4x2 (115 g auparavant, 36 400 euros en Dynamic Edition Business) et de 127 g en 4x4 (117 g auparavant, 38 950 euros en Dynamic Edition Business).
En WLTP corrélé, le RAV4 de Toyota affiche des émissions de CO2 de 122 g en 4x2 (115 g auparavant, 36 400 euros en Dynamic Edition Business) et de 127 g en 4x4 (117 g auparavant, 38 950 euros en Dynamic Edition Business).

Le point sur la fiscalité

Parmi les évolutions fiscales qui ont touché les véhicules hybrides au début de l’année 2018, la plus importante a concerné la première composante de la TVS dont vous trouverez le barème dans le tableau ci-joint. Avec cette précision : sont exonérés de cette composante de la TVS les hybrides combinant énergie électrique et superéthanol-E85, essence et GNV ou GPL, ainsi qu’essence et électricité. Seule condition : émettre au maximum 100 g/km de CO2. Et cette exonération est valable douze trimestres après la date de première mise en circulation du véhicule. Cette exemption est définitive pour les véhicules aux émissions...