Hyundai France : de l’avantage des énergies alternatives

Hyundai France aligne les bons chiffres avec une croissance de 20 %, soit 1,64 % de part de marché et 35 542 immatriculations en 2018. Et l’électrification de la gamme n’y est pas étrangère.

983
Hyundai France
Hyundai Kona

Si Hyundai France avait pu disposer en 2018 d’autant de voitures électriques que nécessaire, « nous aurions pu vendre 4 000 Ioniq et Kona 100 % électriques sans effort. » C’est le constat de Lionel French-Keogh, le directeur de Hyundai France, lors d’une récente conférence de presse. Sur les quatre derniers mois de 2018, Hyundai a vendu un gros millier de modèles électriques et cette année, le contingent sera de 2 700 unités. Le constructeur coréen a un boulevard devant lui, tout comme d’ailleurs son allié et néanmoins concurrent Kia.

Hyundai en Blue Drive

Le patron de Hyundai France est donc tout à fait confiant dans son objectif de vendre 20 % de sa gamme sous le label Blue Drive. Ce dernier comprend les véhicules électriques (Kona, Ioniq et Nexo) mais aussi l’hybride rechargeable (Ioniq PHEV) et l’hybride simple (Ioniq). Alors que cette gamme « propre » n’a représenté que 10 % du mix l’année dernière, elle devrait peser 7 600 ventes sur un objectif de 38 000 unités en 2019.

Ce chiffre de 20 %, c’est aussi l’objectif de Hyundai pour les ventes aux entreprises, professionnels et PME-TPE cette année. En 2018, cette part n’était que de 7,4 % en 2018, soit 5 490 immatriculations « pros » déjà en hausse de 33 % ‒ sur un marché hexagonal de 11,9 %.

La LLD pour les particuliers

Participe aussi de cette croissance accélérée le regroupement sous la bannière de BNP-Paribas de l’offre Hyundai Leasing en marque blanche d’Arval pour les professionnels et les particuliers, prochaine cible en LLD. Il faut aussi y ajouter le déploiement à marche forcée des Centres Hyundai Entreprises ; ils seront au nombre de 50 cette année et génèrent 60 % des ventes « B to B ».

Vous aimez cet article ? Recevez chaque mardi notre newsletter

Enfin, il est juste de préciser que cette croissance à deux chiffres, qui se poursuit depuis la pire année de 2014 (17 165 immatriculations), repose sur un « mix » produit très sain avec, outre les 20 % de Ioniq et Kona, 35 % en berlines et citadines i10, i20, i30 et 45 % de SUV (Kona et Tucson).