• Mots clés connexes
  • SUV

Hyundai Kona : grandes ambitions pour petit SUV

Grandes ambitions ‒ justifiées ‒ pour le SUV urbain Hyundai Kona en France qui doit faire au moins aussi bien que le Tucson !

4221
Hyundai Kona exterieur
©Hyundai

Pas l’ombre d’un doute pour Lionel French-Keogh, le patron de Hyundai France, lors de la soirée-révélation : « Notre nouveau SUV urbain Hyundai Kona peut se vendre autant que notre grand Tucson, soit 10 000 unités dès 2018 et un quart de son concurrent national, le Renault Captur. La demande est forte en entreprises comme chez les particuliers. »

Et de préciser : « L’offre crée la demande, le nouveau Citroën C3 Aircross et son cousin Opel Crossland, les Renault Captur et Peugeot 2008 restylés ou encore le Kia Stonic génèrent un appel d’air inédit. Ces modèles viennent prendre des parts de marché aux compactes traditionnelles, y compris en entreprise. » Sa maison-mère affiche même des ambitions plutôt fortes : Hyundai veut devenir le premier constructeur asiatique en Europe en 2021, devant Toyota !

Un design séduisant pour le Hyundai Kona

Si ce dernier objectif reste à atteindre, les atouts de ce Kona sont bien réels. À commencer par un design encore inconnu sur le segment des petits SUV. Ce Kona combine en effet une réelle sportivité, proche d’un coupé, avec l’habitabilité d’un minispace, y compris à l’arrière (garde au toit et espace aux jambes).

Hyundai Kona
©Hyundai

Ce Kona présente un capot avant plat, une face avant acérée, un pare-brise très incliné, une ceinture de caisse haute tout comme sa garde au sol (17 cm), et des porte-à-faux courts. Le tout contenu dans une longueur totale de 4,16 m, pour une largeur importante de 1,80 m et 1,55 m de hauteur seulement. L’empattement conséquent de 2,60 m, bénéfique aux occupants, se traduit tout de même par une capacité de coffre assez moyenne (361 l, 1 143 l au maximum).

Un diesel et une version électrique pour 2018

À l’intérieur, on retrouve l’ambiance d’une i20 avec sa planche de bord et sa console centrale à deux molettes. Un univers qui a fait ses preuves, y compris en qualité des matériaux et de fabrication ‒ le Kona étrenne une nouvelle plate-forme et sort uniquement de l’usine coréenne de Ulsan.

Hyundai Kona intérieur
©Jean-Christophe Lefèvre

Pour le lancement en Europe en septembre prochain, Hyundai mise sur un prix moyen de 23 000 euros TTC avec le 3-cylindres 1.0 l turbo T-GDi de 120 ch et 172 Nm (119 g/5,3 l en principe, 181 km/h, 12,0 s de 0 à 100 km/h, 1 233 kg à vide). Ce moteur devrait représenter 60 % des ventes et 15 % du mix en entreprises. Un nouveau 1.6 turbodiesel de 115 ch viendra le compléter à l’été 2018. Le patron de Hyundai France compte aussi beaucoup sur la future version 100 % électrique lancée dans un an avec 150 kW/200 ch sous l’accélérateur et une autonome annoncée de 380 km.