Hyundai passe son Tucson sous hybridation à 48 V

Avec l’hybridation légère de son Tucson 2.0 CRDi de 186 ch, Hyundai revendique une baisse de la consommation et des émissions de CO2 de 7 %.

1987
Hyundai Tucson hybridation 48 V

Les uns après les autres, les constructeurs adoptent l’hybridation légère, comme Renault avec le Scénic (voir notre essai) ou encore Audi avec sa nouvelle A6 (voir notre brève). Une hybridation légère qui se fait par le biais d’un alterno-démarreur apportant momentanément 12 kW/16 ch grâce à une petite batterie lithium-ion de 0,44 kWh sous une tension de 48 V. Cette batterie récupère par ailleurs son énergie dans les phases de décélération. Rien de miraculeux ni de difficile à mettre en œuvre… sauf qu’il faut pour cela un moteur ayant prévu cette adaptation.

Bientôt décliné sur le nouveau 1.6 CRDi

Pour l’heure, il s’agit du turbodiesel 2.0 CRDi de 186 ch, monté sous le capot avant du SUV compact Tucson 4×4 boîte auto, un modèle commercialisé dès l’été prochain. Et au printemps 2019, ce sera au tour du nouveau 1.6 CRDi (115 ou 133 ch, remplaçant du 1.7 CRDi actuel) de s’en équiper avec, à la clé, une réduction de la consommation et du CO2 émis de quelques pourcents. Notez que le Kia Sportage, son cousin direct, a aussi le droit à cette hybridation légère mais avec un gain de 4 % seulement en sobriété et propreté, surprenant.

PARTAGER SUR