Deux projets pilotes de V2G par Hyundai en Allemagne et aux Pays-Bas

Les voitures électriques V2G de Hyundai sont en cours de test en Allemagne et aux Pays-Bas. Le but : contribuer à l’équilibre du réseau électrique et mieux exploiter l’énergie renouvelable.
945
Hyundai V2G
L'une des Ioniq 5 de Hyundai exploitée dans le cadre de son projet pilote de V2G aux Pays-Bas. ©Hyundai

Le constructeur sud-coréen Hyundai mène deux tests de déploiement de la V2G en Allemagne et aux Pays-Bas. « Ces projets pilotes permettent à Hyundai de mieux comprendre le type d’exigences techniques requises pour mettre en œuvre la technologie V2G à grande échelle », indique le constructeur. Pour rappel, la technologie du V2G permet au réseau électrique d’exploiter l’électricité des batteries des véhicules lors des pics de consommation et de la leur restituer, selon leurs besoins, quand la demande est moins forte.

Aux Pays-Bas, Hyundai met en œuvre cette technologie en collaboration avec We Drive Solar, un spécialiste de la recharge de véhicules électriques, avecdes panneaux solaires. « L’ambition de We Drive Solar est de déployer la technologie à grande échelle grâce à une flotte de plusieurs centaines de Ioniq 5 bidirectionnels en autopartage. Et ce, dans un premier temps à Utrecht, puis dans d’autres villes européennes », explique Robin Berg, le directeur de We Drive Solar. Dans le cadre de ce projet, We Drive Solar prévoit de construire une usine de bornes de recharge bidirectionnelle.

Hyundai : un ensemble V2G équivalent à une centrale électrique

En Allemagne, Hyundai travaille avec Next Kraftwerke, un prestataire qui met en lien les fournisseurs d’énergie et le gestionnaire du réseau électrique allemand, équivalent de RTE en France. Le constructeur teste la possibilité qu’un ensemble de voitures V2G devienne équivalent à « une centrale électrique virtuelle ». Ainsi, cet ensemble devra fournir au réseau électrique la puissance ponctuelle nécessaire pour équilibrer le réseau électrique en cas de besoin. Un tel dispositif a été validé par RTE en France début 2021 pour le réseau V2G mis en place par la Dreev, filiale d’EDF spécialiste du V2G.

Si ces premiers tests permettent d’envisager la diffusion de la technologie V2G, son « déploiement à grande échelle nécessitera un changement de comportement de la part des consommateurs », précise Hyundai. Et ce potentiel déploiement demandera en plus « la poursuite de la digitalisation des réseaux électriques et le renforcement de la collaboration entre les parties prenantes de cet écosystème, à l’instar des gouvernements », complète le constructeur.