Hanovre 2018 : l’électrique incontournable

Dans le cadre de l’édition 2018 du salon des véhicules utilitaires de Hanovre, les principaux constructeurs de VUL et de poids lourds ont dévoilé des visions futuristes étonnantes. Avec un objectif partagé : continuer à rouler, travailler et livrer le dernier kilomètre dans la cité, ce qui passe par une mobilité forcément électrique et à terme autonome.

1995
IAA 2018
Renault EZ Pro

Au sein de l’IAA version 2018, ce futur électrique se conjugue déjà au présent pour Renault avec sa gamme Z.E. de VUL électriques (Zoé, Kangoo, Master). Mais le losange est aussi venu en terres allemandes avec son EZ Pro, une déclinaison « conceptuelle » de l’EZ Go vu en début d’année à Genève (voir la brève).

Renault en précurseur visionnaire

Ici à Hanovre, il s’agit d’un module imposant avec ses 4,80 m de longueur, pour 2,10 m de largeur et pas moins de 2,20 m de hauteur. Totalement autonome et électrique bien entendu, cet EZ Pro peut emporter 1 t de charge utile (2,5 t de poids à vide). Mais, et c’est le plus original, ce module baptisé « Pod leader » commande des « Pod robot », sortes de remorques sans attache, tout aussi autonomes et électriques, pesant à vide 2,8 t et pouvant emporter 2 t de marchandises.

Alors que le Pod leader emporte un chauffeur-superviseur et offre 6 m3 de volume utile, le Pod robot affiche ses 12 m3 de capacité de chargement. Cette interprétation du futur de la livraison du dernier kilomètre séduit par sa rupture avec l’univers assez normé du chauffeur-livreur des VUL actuels, fussent-ils électriques et en conduite autonome ou pilotée.

  • Renault EZ Pro
  • Renault EZ Pro
  • Renault EZ Pro
  • Renault EZ Pro
  • Renault EZ Pro

Chez Volkswagen, le futur c’est pour 2022 avec la version Cargo « tôlée » utilitaire de l’ID Buzz, cette réinterprétation du Combi VP dévoilée à Détroit en janvier 2017 (voir la brève) puis récemment à Genève. Avec son design « néo vintage », ce VUL cache sous sa robe lisse et policée la nouvelle plate-forme modulaire MEB conçue pour les modèles électriques. Rallongé de 10 cm par rapport au Combi, cet ID Buzz Cargo affiche 800 kg de charge utile et mesure 5,05 m de longueur, 1,98 m de largeur pour 1,96 m de hauteur.

  • Cargo « tôlée » utilitaire de l’ID Buzz
  • Cargo « tôlée » utilitaire de l’ID Buzz
  • Cargo « tôlée » utilitaire de l’ID Buzz
  • Cargo « tôlée » utilitaire de l’ID Buzz
  • Cargo « tôlée » utilitaire de l’ID Buzz

Volkswagen fait toujours le « buzz »

Outre un moteur électrique de 150 kW/200 ch entraînant les roues avant et une conduite autonome (ou pas), c’est la solution des modules de batteries qui intéresse sur l’ID Buzz Cargo. Avec, en fonction de leur nombre, une puissance de 48 à 111 kWh, pour une autonomie de 330 km à 500 km. Cette flexibilité autoriserait des prix d’accès à la gamme intéressants.

Pour l’heure, cet ID Buzz Cargo se positionne parallèlement au Transporter dont une version électrique était exposée. Développée par le transformateur allemand ABT e-Line, cet « e-Transporter » emporte une batterie de 37,3 ou 74,6 kWh, soit 200 à 400 km d’autonomie. Un e-Caddy du même métal était aussi dévoilé avec son moteur électrique de 82 kW et son module de 37,3 kWh.

Volkswagen e-Transporter
Volkswagen e-Transporter

Le groupe allemand dévoilait aussi un Crafter HyMotion entraîné par une pile à combustible à hydrogène, avec des réservoirs de 7,5 kg autorisant 500 km d’autonomie. Ce modèle vient compléter l’offre électrique de cet utilitaire (voir la brève).

Enfin, Volkswagen voulait mettre l’accent sur la « véritable » livraison du dernier kilomètre en ville avec son Cargo e-Bike, un tricycle électrique commercialisé en 2019. Le moteur délivre 250 W sous 48 V avec une batterie de 500 Wh, et peut emporter jusqu’à 210 kg de charge utile (cycliste inclus) avec une autonomie de 100 km.

  • Volkswagen Cargo e-Bike
  • Volkswagen Cargo e-Bike

Mercedes et ses visions

Autre poids lourd de l’utilitaire, Mercedes n’avait pas attendu l’ouverture du salon pour dévoiler son interprétation du futur électrique et autonome avec sa Vision Urbanetic (voir la brève).

Cette camionnette du futur est très imposante et son design, réussi en version « transport de personnes », l’est beaucoup moins en déclinaison « transport de marchandises », avec cet énorme container prenant place sur le module « porteur ». Les futurs gestionnaires de parc seront surpris de voir cet engin garé auprès de concurrents plus élégants.

  • Mercedes Vision Urbanetic
  • Mercedes Vision Urbanetic
  • Mercedes Vision Urbanetic

À ses côtés, la marque à l’étoile exposait l’eSprinter et sa version F-Cell à PAC à hydrogène, la réponse du berger de Stuttgart à la bergère de Hanovre que nous décrivions en juillet dernier (voir la brève). Rien à ajouter non plus concernant les détails techniques ou la commercialisation début 2019, tout comme son concurrent.

  • Mercedes eSprinter
  • Mercedes Sprinter F-Cell

Ford, producteur d’électricité

Chez Ford, les Transit à motorisation hybride légère en 48 V ou hybride rechargeable PHEV trônaient sur le stand. Mais ces modèles avaient déjà été dévoilés (voir la brève). Précisons qu’il n’est pas question d’un « nouveau » Transit mais bien de nouvelles motorisations sur le VUL en version 2T que nous connaissons actuellement.

La version Custom PHEV de ce Transit est basée sur le 1.0 l essence EcoBoost. Celui-sert de générateur pour le moteur électrique alimenté par une batterie de 14 kWh assurant une autonomie de 50 km. Au-delà, c’est donc ce moteur essence qui produit de l’électricité pour une autonomie portée à 500 km. Ce n’est donc plus une solution de secours comme pour une BMW i3, mais bien une solution absurde consistant à produire de l’électricité à partir du pétrole !

Ford Transit
Ford Transit

PSA, une triplette couronnée

Chez Nissan, la gamme de l’e-NV200 a été revue avec une batterie plus conséquente de 40 kWh. Mais c’est le pick-up Navara et sa capacité de remorquage importante qui étaient mis en avant dans le cadre d’un partenariat avec l’Agence spatiale européenne.

Enfin, ce salon IAA 2018 a été l’occasion pour le Groupe PSA de recevoir le titre de l’Utilitaire de l’année non pour un véhicule mais pour la triplette que forment les Citroën Berlingo, Opel Combo Cargo et Peugeot Partner.

Peugeot Partner
Peugeot Partner
PARTAGER SUR