Une indemnité carburant versée aux travailleurs dès 2023

La Première ministre Elisabeth Borne a annoncé la mise en place d’une indemnité carburant « travailleurs » à partir du 1er janvier 2023, en remplacement de la remise à la pompe.
11594
remise carburant travailleurs
© shutterstock

En réponse aux hausses des prix à la pompe, la Première ministre a annoncé des aides ciblées pour 2023. L’indemnité carburant « travailleurs » se destinera ainsi aux « ménages situés dans les cinq premiers déciles de revenus, soit la moitié des ménages », a précisé Elisabeth Borne au quotidien Les Echos. Le gouvernement travaille visiblement « encore sur le barème prévu, avec la volonté d’aider significativement ceux qui effectuent un trajet long pour aller au travail. »

Ainsi, cette indemnité carburant pour les travailleurs devrait surtout concerner les gros rouleurs. Et elle devrait donc s’ajuster en fonction des revenus. Ce qui n’est actuellement pas le cas pour la remise à la pompe.

La fin de la ristourne à la pompe

Par ailleurs, notons que l’indemnité carburant pour les travailleurs débutera « à compter du 1er janvier 2023 ». Une date qui correspond à la fin de la ristourne à la pompe au 31 décembre 2022. Cette annonce intervient alors que les automobilistes ressentent déjà les hausses de prix à la pompe depuis le 16 novembre 2022. Date à laquelle la remise carburant est passée de 30 centimes d’euro par litre de carburant TTC à dix centimes en France métropolitaine. Pour mémoire, le gouvernement avait prolongé cette ristourne en octobre à 0,30 euros jusqu’au 15 novembre 2022.

Précisons que la remise carburant atteint désormais 9,42 centimes d’euros/l TTC en Corse du 16 novembre au 31 décembre 2022, contre 28,5 centimes entre le 1er septembre et le 15 novembre. De même, l’indemnité carburant est abaissée à 8,33 centimes en Martinique, Guadeloupe, Guyane, à La Réunion et à Mayotte jusqu’au 31 décembre, contre 25 centimes auparavant. En outre, elle a évolué de 25 euros par mégawatt-heure à 8,33 euros/MWh pour le gaz naturel (GNV), et de 48,55 euros à 16,18 euros pour 100 kg net pour le gaz de pétrole liquéfié (GPL).

Le gouvernement français reste ainsi dans l’optique de soutenir les carburants fossiles, comme l’a récemment pointé l’ONG Transport & Environnement dans un rapport sur la fiscalité automobile.