IP Télécoms : un choix hybride

En choisissant de renouveler sa flotte avec des Toyota Prius, ce grossiste en produits téléphoniques optimise ses déplacements commerciaux tout en contribuant à l’environnement.

- Magazine N°133
508

« Notre flotte commerciale évolue sur toute la France, avec des kilométrages variés selon les secteurs travaillés par les représentants ». Fabien Catroux, directeur des achats d’IP Télécoms détaille lapidairement le fonctionnement de l’unité qui regroupe une vingtaine de technico-commerciaux dispersés sur l’hexagone. Le kilométrage effectué par chacun d’entre eux reste variable, en rapport avec le secteur attribué : le responsable de la région parisienne effectuera des trajets plus longs que celui de l’Auvergne, mais on peut raisonnablement compter sur une moyenne annuelle de 15 000 à 30 000 km. Début 2006, alors que se profilait la nécessité de renouveler ce parc, le PDG Yann Pineau a décidé de tester les avantages et les inconvénients du seul véritable hybride du marché, la Toyota Prius. « Cette volonté de passer en voiture «propre» est le résultat d’une politique maison, révèle Régis Robin responsable «qualité» du groupe, car l’expérience correspond tout à fait à notre état d’esprit. Yann Pineau développe depuis longtemps une démarche environnementale dans son entreprise. Nous montrons l’exemple par conviction, et le choix de ces équipements, plus coûteux de 25 % que les voitures normales, en est la suite logique ». Pour les responsables des achats d’IP Télécoms, le concept Prius développe des qualités techniques idéales pour l’activité commerciale : faible consommation essence (6 litres/cent), basculement simple entre les deux énergies, recharge des batteries grâce à l’action du moteur thermique, confort de route et habitabilité satisfaisants. Après appel d’offres, la société a passé commande à Toyota de 23 Prius pour une facture s’élevant à 550 000 € financés en achat pur, sans locations ni leasing. Les premières livraisons étant effectuées dès le mois suivant. Cette opération fait d’IPGT le premier groupe français à s’investir dans une telle acquisition pour équiper une flotte automobile. « Les premières réactions de nos personnels, qui conservent ce véhicule durant le weekend et les vacances, sont positives, affirme Fabien Catroux. La voiture est très souple d’utilisation, le passage électricité/essence et la boite de vitesse automatique faciles d’emploi. Pour ceux qui sont en région parisienne, au niveau des embouteillages, c’est l’idéal. Cela dit, en matière de rentabilité, il est trop tôt pour faire les comptes par rapport aux anciens équipements, mais nous sommes déjà gagnants quant à nos convictions sur le développement durable et sur l’image que nous souhaitons diffuser».