Shell et Iveco associés pour valoriser le transport en bioGNL en Allemagne

DHL Freight et son client Grundfos, la coopérative Edeka Minden-Hannover et Shell testent en Allemagne le transport urbain et longue distance avec des Iveco Stralis et S-Way NP carburant au bioGNL.
1861
Shell Iveco
Iveco et Shell se sont associés pour valoriser le transport en BioGNL dans un essai d’un an avec DHL Freight et Edeka Minden-Hannover.

Associés pour promouvoir le bioGNL, Shell et Iveco ont lancé en juillet 2021 un projet pilote d’un an avec DHL Freight et la coopérative Edeka Minden-Hannover. Objectif : prouver l’efficacité du bioGNL pour verdir les transports urbains et longue distance. Iveco a fourni à chacun des opérateurs trois Iveco Stralis ou S-Way Naturel Power. Ces modèles sont équipés d’un moteur Cursor de 460 ch. Ils emportent 390 kg de bioGNL pour 1 600 km d’autonomie. Le marché du GNL est en plein essor en Allemagne avec 48 000 t métriques vendues en 2020. De même, 84 stations-service proposaiennt du GNL en 2021. Et le bioGNL constitue plus de 87 % des commandes de poids lourds propres.

87 t de CO2 économisées en cinq mois

DHL
D’ici 2030, Deutsche Post DHL aura investi 7 milliards d’euros dans des solutions logistiques neutres.

L’essai mené par DHL Freight porte sur des transports de 1 080 km entre l’usine de pompes de son client danois Grundfos, à Bjerringbro, et Longeville-Les-Saint-Avold (57), en France. En cinq mois, les Iveco au GNL de DHL ont ainsi parcouru 89 900 km. Ils ont émis « 87 t d’émissions carbonées de moins qu’un camion diesel, rapporte Uwe Brinks, P-DG de DHL Freight. Pour DHL Freight, les solutions de carburant durables comme le BioGNL sont un levier important pour changer le mix énergétique. Et également pour réduire nos émissions de CO2 dans le transport routier de 50 % d’ici 2025. »

Edeka veut réduire la pollution des centres-villes

Edeka
Edeka compte sur le bioGNL pour décarboner sa flotte et livrer les centres-villes.

Membre de la coopérative de supermarchés Edeka, Edeka Minden-Hannover utilisait déjà 10 Iveco Stralis NP et 40 Iveco S-Way au GNV. « La conversion de notre flotte, colonne vertébrale de nos activités logistiques, est un levier essentiel pour réduire notre empreinte carbone. Nos véhicules roulent en effet principalement dans des centres-villes très pollués, explique Thomas Steinlein, son directeur de la gestion de la flotte et du transport. Avec le bioGNL, nous réduisons considérablement ce niveau de pollution. L’usage exclusif de bioGNL serait un grand pas en avant vers notre objectif de zéro émission. »  

Shell Allemagne promeut le BioGNL en Europe du Nord

Shell BioGNL
Avec la carte Shell LNG, les transporteurs accéderont au bioGNL produit ou compensé pour décarboner leurs opérations.

Dans le projet Shell-Iveco, Shell apporte à Edeka et DHL du bioGNL. Ce biocarburant est produit à partir de déchets agricoles par son usine de BioGNL Nordsol. L’énergéticien souhaite ainsi fournir du bioGNL à l’ensemble de l’Allemagne. Et il a entrepris « de construire à Cologne une usine de production de 100 000 t de bioGNL à partir de lisier. Ce qui réduirait de 1million de tonnes les émissions de carbone engendrées par le transport longue distance », détaille le directeur général de Shell Allemagne, Fabian Ziegler.

Pour compenser les restrictions d’importations de gaz fossile russe, Shell a aussi signé un accord avec German LNG Terminal. Celui-ci construit un terminal d’importation et de distribution de GNL. Et ce, afin de disposer de deux réservoirs de 165 000 m3 de GNL. L’énergéticien mélangera ce GNL fossile à son propre bioGNL. Il compensera l’usage de ce mélange par des certificats de compensation carbone crédités sur sa carte Shell LNG et qu’il facturera 0,01 euro par litre à ses clients.

PARTAGER SUR