Jaguar E-Pace : du caractère à revendre

Nouvel entrant sur le segment encombré des SUV premium, le Jaguar E-Pace fait valoir son dynamisme, de style comme de comportement. Avec des limites.

- Magazine N°239
2104
Jaguar-E-Pace

Basé sur la plate-forme du cousin Range Rover Evoque, l’E-Pace en reprend le faible encombrement à 4,40 m de longueur, mais avec un design affûté et sportif, sans perdre ses attributs du premium. C’est plutôt séduisant et l’on prend place derrière le volant avec plaisir et sans difficulté pour trouver la meilleure position de conduite.

La planche de bord, toute en inclinaison vers le bas, se montre au premier abord déroutante. Mais pour le segment, elle offre un espace confortable aux places avant, a contrario du récent Volvo XC40 ou du BMW X2 et, moins caricatural, de l’Audi Q3 – les principaux concurrents. Mais notons que cette vénérable plate-forme, certes éprouvée, de l’Evoque ne brille toujours pas par son insonorisation : les bruits de roulement remontant du train arrière se combinent au fort ronronnement du turbodiesel sous le capot avant.

Dans la filiation du F-Pace

Jaguar positionne son E-Pace comme la filiation parfaite, en plus compacte, du grand F-Pace (voir l’essai). C’est peut-être valable pour le design, le style intérieur et la qualité des matériaux de l’habitacle, mais cela l’est moins pour le châssis qui ne peut offrir ce qu’il n’a pas : un confort dynamique correct hors autoroute à vitesse élevée et sur un bitume parfait. En effet, les barres de torsion sont bien trop raides – d’où un comportement dynamique impeccable en courbe, à plat et sans surprise – et l’amortissement sans réelle amplitude. Et la monte pneumatique taille basse de notre E-Pace d’essai (diesel de 240 ch et 4 roues motrices) n’arrangeait pas le problème sur les routes corses.

Il faudra revenir à un modèle plus civilisé et urbain, le très raisonnable turbodiesel 2.0 l de 150 ch, avec boîte manuelle et deux roues motrices, pour retrouver un confort plus souple (à confirmer lors d’un essai ultérieur), une consommation plus raisonnable (4,7 l/100 km et 124 g/km de CO2) et un prix plus doux (à partir de 35 700 euros TTC). De fait, notre version d’essai, l’E-Pace S D240 BVA AWD, pointait à 56 400 euros en finition R-Dynamic. Ce modèle puissant est donné pour 162 g de CO2 et 6,2 l/100 km en cycle mixte, mais nous ne sommes pas parvenu à moins de 10,0 l/100 km lors des essais, en adoptant une conduite plutôt raisonnable.

Jaguar E-Pace

Notre avis

PLUS
Belle présentation • Comportement dynamique rigoureux • Belles performances


MOINS
Suspension trop ferme • Consommation élevée • Prix élevé

Jaguar E-Pace S D240 AWD BVA R-Dynamic
Moteur (cm3) 1 999
Puissance/couple (ch/Nm) 240/500
Boîte de vitesses/transmission BVA 9/4×4
Conso. mixte (l/100 km) 6,2
Émissions de CO2 (g/km) 162
Vitesse maxi (km/h) 224
0 à 100 km/h (s) 7,4
Poids à vide (kg) 1 926
Charge utile (kg) 494
Coffre (l) 577/1 234
L x l x h (mm) 4 395 × 1 984 × 1 649
Prix (€ TTC) 56 400

 

Valeurs futures
Jaguar E-Pace 2.0 D – 240 ch AWD BVA R-Dynamic S E-Pace 2.0 D – 150 ch 2WD BVM
Énergie Diesel Diesel
Boîte de vitesses Automatique Manuelle
Carrosserie Tout-terrain Tout-terrain
Cylindrée (cm3) 1 999 1 999
CO2 (g/km) 162 124
Ch din 240 150
Prix neuf TTC (€) 56 400 35 700
Mois 42 42
Km total 100 000 100 000
Valeur reprise TTC (€) 29 162 18 165
Valeur reprise 51,7 % 50,9 %
Valeur vente TTC (€) 33 713 21 001
Valeur vente 59,8 % 58,8 %

Source : Forecast Autovista, mai 2018.

PARTAGER SUR