Jaguar XF 2.0d 180 ch BVA : challenger de charme et de choc

Diesel basse consommation, plaisir de conduite et dynamisme, la XF de Jaguar s’attaque aux routières de luxe allemandes et veut séduire les professionnels.

- Magazine N°212
1217
Jaguar XF 2.0d 180 ch BVA : challenger de charme et de choc

Avec Jaguar, il existe désormais une alternative crédible aux marques allemandes. Rivale des Audi A6, BMW X5 et Mercedes CLS, la nouvelle XF reprend la personnalité de la première génération qui avait marqué une rupture stylistique en 2007. Les designers se sont donc contentés d’affiner les lignes et le résultat convainc : la XF gagne en élégance et en dynamisme, tout en affirmant son air de famille avec la XE.

À bord, le luxe auquel on peut s’attendre de la part de la firme anglaise laisse un peu sur sa faim. La qualité des matériaux (cuir, plastique, revêtement) et de la finition apparaît un cran sous la concurrence. Si l’habitabilité à l’arrière devient décente pour les passagers, les assises restent fermes. Heureusement, le coffre affiche l’un des plus gros volumes de la catégorie (540 l).

Après une rapide prise en main du véhicule et quelques tours de pistes sur le circuit de Navarra en Espagne, il ne fait aucun doute que Jaguar a cherché à se rapprocher le plus possible des standards germaniques de conduite. Pour la dynamique, cette stratégie s’avère payante. La XF a perdu près de 200 kg grâce à sa structure allégée composée à 75 % d’aluminium, ce qui profite autant au comportement qu’au plaisir de conduite. Malgré ses presque 5 m de long, l’auto étonne pas son agilité et sa précision. Contrepartie de cette efficacité, le confort de suspension paraît loin du moelleux légendaire des anciens modèles de la marque, même si l’amortissement piloté (en série en Business) assure les arrières.

L’offre mécanique débute avec un 4-cylindres diesel de 163 ou 180 ch (à partir de 104 g/km de CO2) qui, à défaut de noblesse, trouvera aisément sa place dans les car policies des entreprises. Dans sa version la plus musclée (180 ch), ce moteur volontaire fait vite oublier sa sonorité un peu fruste, surtout avec la boîte automatique à 8 rapports, vivement conseillée et qui n’augmente pas les émissions de CO2. Il faudra juste s’habituer au maniement de la molette rotative qui sert de sélecteur, originale mais pas très intuitive.

Sous l’angle des technologies enfin, la XF ne lâche rien à ses concurrentes en matière de multimédias et d’aides à la conduite. Les versions Business ont droit pas exemple au combiné d’instrumentation virtuel TFT et au système InControl Touch Pro, riche en applications connectées et fonctions télématiques.

Comptez à partir de 54 570 euros TTC pour le 180 ch en Business Prestige.

Notre avis

Bien

• Style original et élégant
• Agrément de conduite
• Habitabilité en progrès

À revoir

• Finition quelconque
• Confort d’assise
• Sonorité du moteur