Jean-Philippe Étienne, groupe Saur : « Disposer d’un partenaire de proximité »

Spécialiste de la gestion déléguée du service public pour l’eau, la propreté, l’énergie et les travaux publics, le groupe Saur intervient quotidiennement sur de très nombreux chantiers et sites.

983
Jean-Philippe Étienne, groupe Saur :

Il vient de conclure un contrat d’entretien avec Euromaster. « Jusqu’à présent, nous étions en location pour nos 4 200 véhicules utilitaires et nous avons changé de mode de financement pour des raisons d’ingénierie financière. Nous sommes passés à l’achat et il a fallu trouver un prestataire pour la maintenance. Nous avons donc lancé un appel d’offres aux grands prestataires connus de l’entretien. Nous avons privilégié le critère de capillarité du réseau de façon à disposer d’un point de vente à proximité des quelque 10 000 communes où nous intervenons », relate Jean- Philippe Étienne, directeur des achats de matériel pour le groupe. Autre élément important : la possibilité d’avoir un coût standard attractif. Ce qui est plus simple avec une grille tarifaire unique pour toute la France. Ces critères ont fait que Saur a choisi Euromaster avec qui l’entreprise travaillait déjà sur les pneumatiques. « Nous avons déterminé notre maintenance de niveau 2 à partir des données des constructeurs, pour pouvoir bénéficier de la garantie et nous retourner vers le constructeur en cas de problème. Nous avons donc demandé à Euromaster de fournir une maintenance identique à celle des constructeurs dans le domaine préventif, puisque la partie curative n’est pas concernée par le contrat », détaille le directeur des achats. Si des délais d’intervention sont prévus, ils restent assez souples. De même, certaines obligations existe, comme le changement des pneus hiver, mais le suivi des plannings demeure géré localement selon les contraintes de chacun. « Il nous reste encore à travailler sur la communication entre les systèmes d’information afin de bénéficier d’alertes. Pour l’instant, nous ne voyons en effet les problèmes qu’a posteriori, par exemple pour quelqu’un qui ne procéderait pas à l’entretien des 20 000 km », conclut Jean-Philippe Étienne.

PARTAGER SUR