Jean-Pierre Beltoise : « Bien se conduire c’est se faire oublier des autres et de l’environnement »

En tant qu’ancien champion automobile, ma sensibilité à l’éco-conduite est totale. (Jean-Pierre Beltoise est un ancien champion automobile et créateur de Beltoise Evolution, centre de conduite)

- Magazine N°145
509
Jean-Pierre Beltoise, ancien champion automobile, créateur de Beltoise Evolution

Lorsque la fédération a organisé le Mobil Economy Trophy, j’ai remporté 75 à 80 % de ces trophées liés à l’économie de carburant. Lorsque j’ai créé Conduire Juste il y a plus de 20 ans, l’idée était de modifier les comportements mais également d’apprendre aux stagiaires à bien se conduire vis-à-vis de leur portefeuille. A l’époque, les médias ne parlaient pas de pollution, mais tout le monde savait que l’automobile avait un impact. Bien se conduire signifie que le conducteur se fasse oublier sur la route. C’est le cas vis-à-vis des autres en limitant le nombre d’accidents, mais également vis-à-vis de la planète en adoptant une conduite apaisée et tolérante. Depuis l’augmentation du prix du pétrole, les entreprises sont de plus en plus sensibles à ce discours.

Dans nos formations, nous donnons des conseils pratiques et une philosophie de la conduite automobile. A titre d’exemple, il s’agit de conduire avec le rapport le plus long, de partir avant l’heure, de collecter les informations sur le trafic avant le départ… Personnellement, je roule avec des véhicules qui ne consomment que 5 litres aux 100 kilomètres. Les 4×4 ou autres monospaces ne roulent avec quatre personnes à bord que pendant les vacances, soit trois à quatre fois par an. Il faut rouler avec des véhicules qui consomment moins. Nous rappelons également que la pression des pneumatiques influe sur la consommation, qu’avec une vitre légèrement entrouverte, il faut couper la climatisation… Limiter les risques d’accident et consommer moins demandent les mêmes qualités : anticipation, modération, prévoyance. A titre d’exemple, pour rouler en toute sécurité, il faut regarder très loin en avant, une qualité qui limite également les consommations : lorsque vous apercevez le feu rouge 400 mètres avant, vous pouvez lever le pied et économiser ainsi du carburant.

Le plus difficile est de changer les habitudes, mais une fois que le pli est pris, le style de conduite est pérenne. Il faut étonner le stagiaire pour que son imagination travaille. C’est une question d’intelligence et de réflexion