Johnson & Johnson : le simulateur plutôt que le circuit

Avec son plan de prévention routière lancé il y a plus de vingt ans, Johnson & Johnson a expérimenté de nombreux outils de formation dont les stages sur circuit. Aujourd’hui, le laboratoire pharmaceutique leur préfère les formations sur simulateur et sur route pour les conducteurs de ses 1 250 véhicules, avec des résultats concrets à la clé.

- Magazine N°227
1286
Tous les ans au sein de son siège d’Issy-les-Moulineaux (92), Johnson & Johnson organise le Safe Fleet Day, avec des démonstrations de crash tests ou des ateliers consacrés aux premiers secours ou à la vision.
Tous les ans au sein de son siège d’Issy-les-Moulineaux (92), Johnson & Johnson organise le Safe Fleet Day, avec des démonstrations de crash tests ou des ateliers consacrés aux premiers secours ou à la vision.

Pour la prévention des risques routiers, Johnson & Johnson change les formats de ses formations pour renforcer leur efficacité. « En fonction de ces formations, les réponses des stagiaires varient, explique Martine La Roche, responsable de la flotte. Chacune d’entre elles ne touche pas les stagiaires de la même manière. »

Le laboratoire utilise l’indice CPMM (Crash Per Million Miles), soit le nombre d’accidents par million de miles parcouru. Cet indice lui permet de se comparer aux autres filiales du groupe et aux autres laboratoires pharmaceutiques. Dans ces statistiques, le laboratoire distingue les incidents (bris de glace, vandalisme,...

PARTAGER SUR