Kéolease : le 1er spécialiste de la moyenne durée

Créée en juillet dernier, Kéolease s’est spécialisée dans la location de moyenne durée. Son credo : la qualité de service à des prix très compétitifs.

- Magazine N°133
950

Nouveau collaborateur en période d’essai, véhicule volé ou gravement accidenté, forces commerciales d’appoint… Jusqu’à présent, pour répondre à ces besoins ponctuels, les entreprises avaient recours à la location de courte durée. Seulement, cette solution ne répond pas toujours aux contraintes d’une utilisation professionnelle. L’assurance du loueur courte durée ne reconnaît qu’un conducteur exclusif, les véhicules disponibles carburent majoritairement à l’essence et si le locataire dépasse d’une heure le délai enregistré sur le contrat, une journée supplémentaire lui est facturée. De plus, le reporting est réduit à sa plus simple expression. Quant à la location longue durée, elle implique un engagement de l’entreprise sur des durées importantes. Partant de ce constat, François Grumelart et Jean-Pierre Desgens, deux anciens de Parcours, ont lancé une offre de location de moyenne durée en créant une société ad hoc baptisée Kéolease. Cible privilégiée : les flottes de moins de 500 véhicules. Inspirées de la location longue durée, les prestations proposées répondent aux exigences des gestionnaires des flottes. Ainsi, un site Extranet permet d’accéder à l’ensemble des données de la flotte louée chez Kéolease et d’importer ces informations sous format Excel. « Nous voulons nous différencier par la qualité du service rendu et par des prix compétitifs sans pour autant devenir un discounter », explique Jean- Pierre Desgens. Livraison sur site, assistance, assurance si l’entreprise le souhaite, Kéolease propose un large éventail de services. Les loyers sont facturés mensuellement et les contrats sont souscrits pour un kilométrage journalier maximum. En cas de dépassement, Kéolease facture les kilomètres supplémentaires. Kéolease vise 100 véhicules au terme des 12 prochains mois, 170 à la fin de la deuxième année et 280 à la fin de la troisième année. L’équilibre devrait être atteint avec 100 véhicules, c’est-à-dire dans 12 mois. Un pari qui semble à la portée de ce nouvel acteur.

PARTAGER SUR