Kia Rio : elle doit (r)assurer !

La plus vendue des Kia dans le monde se renouvelle et en profite pour embarquer des équipements de sécurité et d’infodivertissement au niveau de ses concurrentes.

723
Kia Rio : elle doit (r)assurer !

Cette quatrième génération de la citadine du coréen surfe sur son succès, y compris en France où elle est la deuxième meilleure vente de Kia avec 6 000 exemplaires en 2015. La Kia doit donc se renouveler en montant en gamme, mais tout en préservant ses atouts.

Le style évolue donc peu et la face avant reprend la calandre fermée des récents Sportage ou Optima, tout en s’élargissant et en s’allongeant pour assoir et masculiniser l’ensemble, alors que son porte-à-faux arrière se raccourcit. C’est plutôt réussi même si le design se veut consensuel car mondial : la Rio est fabriquée en Corée à Sohari et commercialisée tout autant en Asie, qu’aux États-Unis et en Europe ; ces trois régions du monde ont participé aux études de style (en Allemagne pour le Vieux Continent).

Pas de révolution

Si elle ne révolutionne donc pas le segment, elle le tire vers le haut car à 4,06 m de longueur et 2,58 m d’empattement, la Rio domine la concurrence hexagonale des Renault Clio et Peugeot 208 ou même de la nouvelle Citroën C3 à 3,99 m seulement. Raison pour laquelle, une fois à bord, la sensation d’espace se fait bien réelle ; à l’arrière, la garde au toit permet à tous les gabarits d’être à l’aise. Le coffre se montre aussi excellent dans sa capacité d’emport avec 325 l, modulables bien sûr.

Les deux modèles que nous avons pu découvrir lors de cette révélation en première mondiale au centre de design européen Hyundai de Francfort étaient complètement équipés et se dotaient donc d’une finition flatteuse, avec un revêtement intégral de la sellerie en skaï et une planche de bord moussée dans sa partie frontale. Les chromes sont présents un peu partout et l’ensemble paraît très statutaire, c’est l’objectif. On se prononcera plus tard lors des essais sur la qualité des finitions ou des plastiques, ces deux modèles étant des préséries.

Mais il est acquis que cette présentation très valorisante souligne l’équipement de série voulu pour l’Europe et ses 5 étoiles EuroNcap qui intègre donc le freinage d’urgence avec détection piéton (AEB) par exemple, mais aussi l’alerte de franchissement de ligne (LDWS) en plus du contrôle électronique de stabilité et de trajectoire.

Un nouveau 3-cylindres essence

Pour emmener cette « grande » petite voiture, Kia n’a pas renoncé au diesel et propose son 1.4 CRDi en 70 ou 90 ch avec une boîte manuelle à 6 rapports, alors que l’actuel 1.1 CRDi de 75 ch disparaît. Le constructeur assure que les émissions de CO2 seront inférieures pour ce moteur à 90 g, à vérifier lors de sa commercialisation début 2017.

Du côté de l’essence, un 3-cylindres 1.0 T-GDi fait son apparition qui développera 100 ou 120 ch pour un couple identique de 172 Nm, avec des émissions annoncées à moins de 100 g. Pour l’accès à la gamme, l’actuel 1.2 l de 82 ch et 122 Nm sera proposé. Rendez-vous au Mondial pour découvrir cette Rio sur le stand de Kia dans le hall 3 (et non plus 5).