La convergence en question

Elle est sur toutes les lèvres. La convergence apparaît comme la tendance à la mode dès que l’on parle de mobilité. Selon les uns et les autres, elle prend des connotations légèrement différentes.

- Magazine N°124
657

Orange a lancé un téléphone mobile qui se connecte en Wi-Fi à sa Livebox à l’intérieur des bureaux, la communication transitant alors sur le réseau Internet, technologie baptisée voix sur IP. Dès lors que le téléphone mobile sort de la zone de couverture Wi-Fi, la communication bascule automatiquement sur le réseau mobile Orange. De son côté, Bouygues Telecom lancera en 2007 un service convergent fixe-mobile. Traitant avec un seul interlocuteur, l’entreprise pourra fournir à ses collaborateurs un seul numéro pour leurs lignes fixes et mobiles et une même messagerie. Ce que Richard Viel, Directeur général entreprise et international, définit comme « le meilleur du fixe sur le mobile et le meilleur du mobile sur le fixe. » Pour Pierre-Yves Rallet, Directeur marketing et partenariat chez SFR, « La convergence consiste à offrir l’environnement de travail le plus unifié avec le même interlocuteur pour l’ensemble de l’offre. Il ne s’agit pas d’éléments technologiques très compliqués. Avoir une ligne fixe, une ligne mobile et une seule personne pour les vendre. Pour aller dans ce sens, sur le marché des entreprises, nous avons pris le contrôle des activités téléphonie fixe et ADSL de Tele2 France. Ensuite, il faut apporter une solution à l’entreprise : pour certains utilisateurs, il est peut-être pertinent de choisir entre la ligne fixe et la ligne mobile. » Autre évolution, l’architecture IMS (IP Multimedia Subsystem) permettra de s’affranchir des réseaux puisqu’elle fonctionne avec l’ensemble des réseaux (fixes, mobiles et sans-fil). Selon Pierre-Yves Rallet, le réseau IP devrait adopter cette architecture d’ici trois à quatre ans.