La DGCCRF épingle la réparation automobile

Suite à une enquête menée dans 803 ateliers de réparation, la DGCCRF a relevé un taux d'infraction qui frôle les 39 %. Si les concessionnaires respectent mieux la réglementation, l’instance pointe le non-respect des règles de protection du consommateur.

693
réparation automobile

Les enquêteurs de la répression des fraudes ont tout d’abord constaté un affichage tarifaire obsolète, incomplet voire inexistant surtout dans les garages indépendants : les prix sont affichés HT et non TTC, le taux de TVA n’est pas mis à jour. Autre souci, certaines mentions manquent telles que le mode de calcul utilisé (temps passé ou barème constructeur), les catégories des réparations ou le taux de main-d’œuvre.

Pire encore, les membres de la DGCCRF ont relevé une cinquantaine de pratiques commerciales trompeuses concernant :

  1. Le contenu des forfaits.
  2. Le non-respect des barèmes.
  3. Le non-respect des taux horaires affichés.
  4. La facturation systématique d’un essai routier, y compris lors de travaux ne le nécessitant pas, comme une vidange par exemple.
  5. La tromperie sur la prestation de services (travaux facturés mais non réalisés).

Résultat, l’instance a dressé 50 avertissements, 3 injonctions et 8 procès-verbaux (amendes pénales) à l’encontre de certains des 803 garages. Tout en précisant que les concessionnaires de marque et les centres automobiles semblent être mieux formés au respect de la réglementation du secteur que les petits garages indépendants.