La DGCCRF s’invite chez le Groupe PSA

Après Renault, la DGCCRF a perquisitionné le siège du Groupe PSA dans le cadre des investigations de la Commission dite Royal.

543
Logo Groupe PSA

Quelques semaines après une visite chez Renault, la DGCCRF s’est présentée sur plusieurs sites du Groupe PSA le 21 avril. Si pour Renault l’affaire avait été éventée par un syndicat, son concurrent historique a lui décidé de l’annoncer de manière officielle dans un très court communiqué. Il y précise que « Le Groupe PSA a fait l’objet ce jour d’une opération de visite et de saisie de la DGCCRF. »

Pour autant, le Groupe PSA n’a pas hésité à confirmer « la conformité de ses véhicules en matière d’émissions de polluants dans tous les pays où il opère. » Cette opération de la répression des fraudes intervient quelques jours après la publication des premiers résultats des tests menés par l’UTAC pour la Commission Royal.

Le dispositif PSA pourtant salué

Une opération d’autant plus symbolique que lors de cette publication, l’UTAC a expliqué que « les véhicules équipés des technologies EGR (ndlr : recirculation des gaz d’échappement) et SCR (ndlr : traitement en continu des NOx par ajout d’un réactif dit AdBlue) présentent plutôt de bons résultats en matière d’émissions de NOx ». Des dispositifs déployés par PSA dans « son système de post-traitement BlueHDI, composé de la Selective Catalytic Reduction (SCR) positionnée en amont du filtre à particules (FAP), permettant de traiter les oxydes d’azote (NOx) émis par les moteurs diesel ».