La Feda milite pour l’entretien

Dans le cadre du Grenelle de l’Environnement, la Fédération des Syndicats de la Distribution Automobile (Feda) rappelle que l’entretien d’un véhicule contribue à la réduction des émissions polluantes.

- Magazine N°134
459

Pour la Feda, inciter fiscalement les automobilistes à remplacer leurs véhicules anciens par des véhicules neufs ne constitue pas la panacée. Et la Feda de s’interroger : « Lorsque l’on sait que le plus grand pourcentage des immatriculations se fait avec des véhicules de plus de 5 ans, est-il réaliste de penser que les ménages qui ont les voitures les plus anciennes auront les moyens de les remplacer par des véhicules neufs ? » Par ailleurs, la Feda rappelle que construire des véhicules neufs et détruire des véhicules anciens consomment de l’énergie et des matières premières et produit des émissions pénalisantes pour l’environnement. Enfin, la Feda rappelle que les trois quarts des voitures neuves vendues en France sont importées. Dans ces conditions, favoriser l’achat de véhicules neufs ne serait profitable ni pour l’emploi en France, ni pour la balance commerciale et ce, surtout si ces ventes sont financées par le budget national. Dans ces conditions, la Feda rappelle qu’une voiture propre, c’est également une voiture bien entretenu. Et de proposer de travailler sur le contrôle et l’entretien des 36,5 millions de véhicules du parc roulant pour que leurs émissions restent dans les normes prévues. Chiffre éloquent : 11 % des véhicules qui passent au contrôle technique (4 millions de véhicules) doivent passer une contre-visite car leurs émissions sont trop élevées ou car il est impossible de les contrôler. Selon la Feda, le réservoir de réduction des rejets serait de 850 000 tonnes par an, soit l’équivalent de l’économie de CO2 réalisée par le renouvellement annuel du parc. Par ailleurs, la Feda insiste sur l’importance du remplacement des catalyseurs défectueux et sur la pose de filtres à particules en post-équipement. Enfin, le dysfonctionnement ou l’usure de certains organes (pneus, amortisseurs, filtration, climatisation…) entraînent des consommations et des émissions à la hausse. Favoriser leur entretien ou leur changement contribuerait également à une mobilité durable. Des mesures applicables immédiatement et qui seraient, selon la Feda, bénéfiques pour l’économie nationale. Après avoir évoqué l’instauration d’une prime à la casse, le Gouvernement entendra-t-il les arguments de la FEDA ? Le message sera certainement difficile à faire passer.

PARTAGER SUR