La France moins embouteillée, pas Paris

Dans sa dernière étude sur la circulation en Europe, Inrix a noté, pour la quatrième année consécutive, une baisse des bouchons en France. Paris est l’une des exceptions qui confirme la règle.

811
La France moins embouteillée, pas Paris

Situation de stress et synonyme d’une perte de temps, les embouteillages restent la hantise de beaucoup de conducteurs. Si de nombreux systèmes permettent aujourd’hui de les éviter ou de les anticiper, les bouchons génèrent chaque année un temps perdu sur lequel Inrix s’est penché. Ce spécialiste des services d’info-trafic a ainsi analysé en 2015 le trafic routier de 96 villes européennes.

En France, les conducteurs ont ainsi « perdu en moyenne 28 heures dans les bouchons », détaille l’entreprise dans un communiqué. Ce chiffre est cependant en baisse « pour la quatrième année consécutive », constate l’étude, avant de préciser « les Français ont perdu une heure de moins qu’en 2014 ».

Pour expliquer cette réduction des embouteillages dans l’Hexagone, Inrix avance plusieurs éléments. Premier d’entre eux, « une économie au ralenti ». Outre ce contexte, la société estime que « la position émergente du pays comme hub du covoiturage, a conduit à une réduction des conducteurs sur les routes et de facto à une baisse des embouteillages sur le territoire national ».

Lyon fait des progrès, Paris Toulon et Grenoble à la traîne

Dans le détail des villes françaises étudiées, Paris reste la ville la plus congestionnée avec 45,35 heures perdues, un chiffre en hausse de 0,1 heure par rapport à 2014. Le bon point revient à la ville de Lyon. Ainsi, d’après Inrix, « le temps perdu en moyenne a diminué de 4,4 heures en 2015 ». Pour le spécialiste de l’info-trafic cette diminution s’explique par « la fluidification du trafic grâce au projet Smart City Lyon et au programme Optimod’Lyon ». Autre élément mis en avant, « la généralisation du covoiturage » qui a permis au cours de la dernière décennie « une diminution de 20 % du nombre de véhicules ».

Du côté des mauvais élèves, Toulon, troisième ville la plus embouteillée, a vu les conducteurs la traversant perdre 35,48 heures au volant (+ 1,2 heure). Grenoble, septième ville la plus embouteillée de l’étude, a vu ce temps grimper de 0,2 heure pour atteindre 31,28 heures.

La France pas si embouteillée…

L’ensemble de ces données fait de la France le septième pays le plus embouteillé d’Europe loin derrière la Belgique. Le Plat-Pays, avec 44 heures perdues au volant en moyenne, trône au sommet du classement malgré une diminution de ce chiffre de 6,3 heures en un an. Les Pays-Bas arrivent second avec 39 heures perdues, tandis que l’Allemagne se place sur la dernière marche du podium avec 38 heures de gâchées.

Du côté des villes les plus touchées par ce phénomène, Londres et sa banlieue décrochent la palme avec 101 heures perdues, un chiffre en augmentation de 5,2 %. Paris avec ses 45 heures perdues occupe elle une bien modeste quinzième place.

PARTAGER SUR