La grande désunion

La fiscalité européenne du véhicule d’entreprise reste une chimère. Les taxes prolifèrent sans concertation entre les États et, pire encore, quand elles paraissent semblables, les méthodes de calcul diffèrent… Pour les gestionnaires de parc, le sujet se pose comme un véritable casse-tête, encore très loin d’une unification à l’échelle européenne.

- Magazine N°166
533
Fiscalité européenne - La grande désunion

L’automobile n’échappe pas à la divergence fiscale. « Le véhicule de fonction est un bon contribuable et un bon levier écologique », assène Vincent Rupied, président des activités automobiles de l’association Leaseurope. Du coup, chaque État y va de sa propre règle. Et pour un groupe européen, la disparité des régimes se révèle le plus gros handicap pour adopter une stratégie globale. « Nous manquons de vision d’ensemble. Or la fiscalité n’influence pas seulement les coûts, elle implique aussi les choix techniques ou salariaux, comme l’autorisation d’un usage personnel », regrette Vincent Rupied. Pour corser la situation, une même taxe n’inclut...