La LLD au-dessus du million

Au premier semestre 2008, le nombre de véhicules mis à la route par les loueurs longue durée est resté stable par rapport à la même période de 2007. Selon le Syndicat National des Loueurs de Voitures en Longue Durée (SNLVLD), ce mode de financement est vertueux dans un contexte où la gestion d’une flotte est de plus en plus complexe.

- Magazine N°143
447
LLD

Au premier semestre 2008, les résultats de la LLD sont contrastés. Si le nombre de mises à la route a légèrement fléchi au premier trimestre avec une baisse de 3,23 % par rapport à la même période de 2007, il a renoué avec la croissance au deuxième trimestre 2008 avec une progression de 1,83 %. Sur l’ensemble du premier semestre 2008, les résultats affichent la stabilité. Tout juste si un léger fléchissement de 0,7 % est relevé avec 199 542 mises à la route sur cette période contre 201 000 au premier semestre 2007. « Nous sommes en période de crise, note Jean-François Chanal, président du SNLVLD et directeur général d’ALD Automotive France, mais ses effets ne se font pas sentir dans l’immédiat. Il n’y a aucune raison pour que le marché baisse. Le marché de la LLD n’est pas aussi réactif que le marché des particuliers. Dans les entreprises, le véhicule est un outil de travail. »

Reste qu’avec la tension sur le marché des crédits, les loyers sont partis à la hausse. « Nous avons répercuté la hausse des taux sur les loyers, reconnaît Jean-François Chanal. Mais si les crédits ont pris un point depuis l’année dernière, ils ne cessent de suivre des mouvements de yoyo. De plus, quel que soit le mode de financement, l’impact de la hausse des taux est le même. » De son côté, Eric Vallin, président de la commission marketing du SNLVLD et responsable du marketing Europe de RCI banque, tempère l’impact de la hausse des taux : « Son influence sur les tarifs des loyers est moindre que celui du savoir-faire déployé pour acheter et pour revendre les véhicules. »

Un modèle vertueux

Par ailleurs, le SNLVLD constate que le marché est en perpétuelle évolution. « Notre métier s’oriente vers le conseil et la transmission d’informations aux entreprises », explique Jean-François Chanal. Et Eric Vallin de compléter : « En matière de technologie, les évolutions sont importantes, notamment en termes de carburant et de motorisation. Les entreprises ont envie d’écologie, mais s’aperçoivent du coût de cette envie et abandonnent, mais la fiscalité les y contraint. Dans ces conditions, notre métier de conseil prend de la consistance. Avec un million de voitures, la location longue durée est un véritable laboratoire. » Et Eric Vallin note que les clients qui choisissent la location longue durée y restent fidèles. Le parc français en location longue durée atteint aujourd’hui 1,077 million d’unités à fin juin 2008 alors que celui des véhicules gérés en fleet management s’établit à 220 810 unités.

Le syndicat s’est par ailleurs intéressé à la répartition du parc loué en fonction des émissions de CO2. Des résultats qui ne prennent pas en compte les chiffres du premier semestre qui devraient encore faire évoluer à la baisse cette répartition. Ainsi, 82 % du parc affichent des émissions inférieures à 160 grammes au kilomètre, 10 % restent entre 161 et 200 grammes,7 % entre 201 et 250 grammes et 1 % au-dessus de 250 grammes. « Les acheteurs ont un souci d’économie, explique Eric Vallin. Ils évitent tous les surcoûts, d’où des flottes peu polluantes. Le business model est vertueux. » Et les car policies sont désormais définies à partir des émissions de CO2 des véhicules. A titre d’exemple, telle catégorie de salariés va avoir droit à des véhicules émettant moins de 130 grammes, une autre à des véhicules qui émettent moins de 200 grammes… Jean-François Chanal constate que les flottes n’intègrent presque plus de véhicules qui émettent plus de 200 grammes de CO2 au kilomètre.

Le Top Ten

En tête du Top Ten des véhicules les plus loués arrive la Renault Clio, suivie de très près par la Peugeot 207. Les Citroën C4 et Picasso arrivent en troisième position suivies par la Renault Scénic. La Volkswagen Passat est la première étrangère du classement. « Quand on monte en gamme, note Eric Vallin, les marques étrangères sont plus visibles, mais leur part reste marginale. » Le premier utilitaire loué est le Kangoo qui atteint la 7ème place du classement des véhicules les plus loués. D’après le SNLVLD, le segment du véhicule utilitaire représente 23 à 25 % des mises à la route.

Autre tendance remarquée par le syndicat, la durée des contrats de location s’allonge. Si la moyenne s’établissait à 30 mois et 100 000 kilomètres il y a quelques années, elle est désormais de 37 mois et 100 000 kilomètres. « Il existe une part incompressible de kilométrage effectué, mais les conducteurs se déplacent moins », commente Jean-François Chanal.

Enfin, si le marché de l’occasion est difficile en France, les loueurs cherchent et trouvent des débouchés à l’export, notamment en Europe de l’Est et en Europe Centrale. De plus, les loueurs revendent de plus en plus leurs véhicules aux collaborateurs des entreprises. Bref, le marché de la location longue durée se porte bien, même si la progression des mises à la route n’atteint plus des nombres à deux chiffres comme par le passé. Avec un million de véhicules loués, il devient plus difficile de trouver des relais pour afficher une croissance exponentielle.

PARTAGER SUR