La Moselle mise sur l’éco-conduite

Au sein du conseil général de la Moselle, la conduite préventive permettra de mobiliser les conducteurs et de réaliser des économies sur le poste carburant.

478

« Nous avons lancé des actions spécifiques pour former les conducteurs. Baptisé Conduite Gagnante, ce plan ne s’attache pas simplement à limiter les consommations car, pour moi, le volet écoconduite est trop restrictif. Même si la motivation principale est de réaliser des économies, nous ne voulions pas stigmatiser les conducteurs sur leurs consommations », détaille Romain Meyer, chef de service du garage départemental. « Nous avons inversé le problème en mettant en avant la sécurité. D’une façon ludique et participative, nous avons mis en place des animations spécifiques ». Le poste carburant constitue la moitié du budget de fonctionnement des 450 véhicules de la flotte avec des dépenses qui atteignent 40 à 60 000 euros chaque mois. « Nous avons commencé à nous intéresser à l’écoconduite en 2009. J’ai assisté à une conférence sur la conduite responsable et les démarches présentées m’ont paru judicieuses. Mais former 3 000 agents auraient eu un coût prohibitif », relate le responsable. D’où le choix de Romain Meyer et de Patrick Acremann, l’un de ses collaborateurs, de suivre une formation dispensée par l’AFT-IFTIM pour obtenir les compétences nécessaires à la sensibilisation des agents de la collectivité. « Nous avons testé notre formation auprès de la direction et nous la déploierons en 2011 à raison de deux séances par semaine », complète Romain Meyer. La formation se déroule sur une demi-journée avec trois agents à chaque fois. Le véhicule aménagé est équipé de l’EcoGyzer de Nomadic Solutions pour mesurer les consommations et évaluer la conduite. Ce boîtier n’est pas raccordé au véhicule ; il est moins coûteux que les solutions qui se connectent au bus numérique du véhicule.

« À l’issue de la demi-journée de formation, nous avons enregistré des économies de 5 % sur la consommation de carburant. Les premières réactions des agents ont été très bonnes. Je ne pensais pas qu’ils adhéreraient aussi vite à cette démarche. Après la formation, nous continuons à les sensibiliser par des opérations de communication à partir d’une dizaine de modules (quizz et rappel des règles fondamentales). Sur la partie éco-conduite, nous avons conçu un questionnaire pour qu’ils puissent mesurer leur quotient écologique, notion dérivée du quotient intellectuel. Progressivement, en rentrant par la sensibilisation à la sécurité, nous arrivons à notre but principal de réaliser des économies sur le poste carburant. Si j’obtiens une baisse de 5 à 10 % dans un premier temps, je serai satisfait, mais certaines entreprises comme La Poste annoncent jusqu’à 20 %. Et le gain concerne de nombreux postes : entretien, pneumatiques, réparations, sinistralité, assurance, etc. », conclut le responsable de la collectivité.

PARTAGER SUR