La Poste fait passer le courant

Le groupe La Poste vient de lancer un appel d’offres européen pour équiper ses facteurs de 500 véhicules électriques ; une première étape avant l’acquisition de 10 000 autres modèles à l’horizon 2012.

- Magazine N°128
680

« Nous voulons être l’opérateur le plus performant en Europe et un pionnier en terme de développement durable. Cette ambition est légitime si l’on sait que nos 100 000 facteurs réalisent, chaque jour,50 fois le tour du Monde ». Pour Raymond Redding, Directeur général délégué du groupe La Poste, l’acquisition de 500 véhicules électriques n’est pas un coup médiatique. La preuve, celui-ci a annoncé qu’un prolongement à cet appel d’offres serait donné afin que d’ici 2011, l’acquisition de 10 000 autres véhicules électriques ait été réalisée. Pas de doute, La Poste a décidé d’offrir toutes les garanties de pérennité aux industriels qui répondront d’ici trois semaines à l’appel d’offres européen déposé en avril dernier. « Cet appel d’offres doit permettre aux constructeurs de proposer des véhicules au meilleur coût, mais aussi des conditions de maintenance et d’entretien des voitures sur l’ensemble du territoire ainsi qu’un dispositif de recyclage des batteries », précise aussi Raymond Redding.

Après 18 mois d’expérimentation de huit véhicules électriques Cleanova II conçues par la Société des véhicules électriques (SVE), filiale commune de Dassault et du carrossier Heuliez, La Poste a jugé le recours à ces modèles concluant et a décidé de porter son parc à 500 véhicules (1).

« Testé à Paris et à Bordeaux, les huit modèles Cleanova II, bâtis sur une base Renault Kangoo, ont parcouru 100 000 kilomètres et suscité l’enthousiasme des facteurs. Conduite souple, innovante, silencieuse, ces véhicules ont même un impact positif sur le comportement de conduite du personnel », explique Raymond Redding. « L’autonomie des batteries a permis aux véhicules d’atteindre facilement 130 km par jour, ce qui est suffisant pour notre utilisation ». Quant aux coûts d’usage, ils sont six fois moindres que ceux d’un véhicule diesel, juge le Directeur général délégué du groupe.

Ainsi, l’utilisation de voitures électriques permet d’économiser 4 tonnes de CO2 par an et par véhicule, par rapport à une voiture traditionnelle. Au total, estime La Poste, l’acquisition de ces 500 véhicules permettra une diminution de 2 000 tonnes de CO2 par an. Une diminution qui prendra une véritable valeur que lorsque les 10 000 véhicules envisagés auront été livrés à l’horizon 2011. Car pour l’heure, avec ses 60 000 véhicules, La Poste dégage 140 000 tonnes de CO2 par an.

Mais pour cet investissement dans une flotte électrique, La Poste s’est aussi entourée d’un soutien des pouvoirs publics. « Notre appel d’offres a en effet été rendu possible grâce à l’Ademe qui nous a permis d’abaisser les coûts d’acquisition. Les aides de l’Ademe devraient s’élever à 3 200 € par véhicule », stipule le Directeur général du groupe La Poste. Lequel confie que le mode de financement est ouvert et pourra porter sur de l’achat ou de la location longue durée. En matière de prix, les responsables de La Poste estiment que le modèle électrique du type camionnette de 3 m2 de volume utile ne devrait pas dépasser une fois et demie à deux fois le prix d’un modèle thermique ; soit entre 15 000 à 24 000 €. Enfin, ces véhicules devraient avoir une durée de vie de 7 à 8 ans contre 6 actuellement pour des véhicules thermiques de l’opérateur postal.

« Cet appel d’offres va favoriser l’industrialisation et inciter d’autres entreprises qui ont des flottes importantes à suivre l’initiative, comme EDF (qui en teste déjà) ou France Télécom », espère Jean-Paul Bailly, le Président de la Poste, relayé dans cette appréciation par François Loos, ministre de l’Industrie, qui s’est félicité de cette initiative en jugeant que « c’est à partir de cette expérience que l’on pourra plus facilement généraliser la voiture électrique aux autres flottes d’entreprises et de collectivités. »

(1) En 1996, La Poste avait acheté 700 véhicules électriques à Peugeot mais l’expérience a échoué, leur autonomie ne permettant de tenir que 30 kilomètres. Elle n’en détient plus qu’une centaine aujourd’hui.