La RATP franchit la ligne « verte »

La RATP a dévoilé la gamme de bus électriques qu’elle exploitera dans le cadre de son plan « Bus2025 ». À terme, la flotte sera constituée de 4 500 bus à 80 % électriques.

753
La RATP franchit la ligne « verte »

Profitant à plein de l’exposition médiatique qu’offre la COP21, la RATP a déployé, sur le Champ de Mars, les futurs véhicules « propres » qui constitueront sa flotte. Présentés par Élisabeth Borne, présidente-directrice générale de la RATP, et Jean-Paul Huchon, président du conseil du STIF, dans le cadre du plan « Bus2025 », ces véhicules arrivent des quatre coins du monde mais aussi de France.

L’évènement a notamment été l’occasion de découvrir en avant-première la version longue du Bluebus, bus électrique fabriqué par le groupe Bolloré. D’un gabarit de 12 m, ce véhicule construit en France circulera sur la ligne 341 en avril 2016. Vingt-deux autres bus équiperont la ligne au cours de l’année faisant ainsi de celle-ci la première 100 % électrique de la capitale. La recharge s’effectuera uniquement la nuit au dépôt.

Autre modèle présenté sur le Champ de Mars, le GX Elec d’Heuliez sera testé par la RATP dans le cadre d’un partenariat signé avec le constructeur français le 30 septembre 2015. Ce bus électrique d’une longueur de 12 m circulera alternativement sur deux lignes tests : la ligne 21 qui traverse une zone très dense dans Paris intramuros, et la ligne 147, ligne de banlieue dont le tracé se trouve dans le nord de Paris.

La Chine et l’Europe également présentes

Si la France était donc bien représentée, l’Europe et la Chine sont également de la partie. La RATP a ainsi annoncé l’expérimentation, à partir du 16 décembre et pendant quelques mois, sur les lignes 21 et 147, de bus électriques mis à disposition par trois autres constructeurs : deux européens, Irizar (Espagne) et Solaris (Pologne) ; ainsi qu’un chinois, Yutong, associé au français Dietrich Carebus.

Cette présentation s’inscrit dans le cadre du plan « Bus2025 ». Celui-ci devrait permettre à la RATP de disposer d’une flotte entièrement « verte », composée de 4 500 bus dont 80 % d’électriques et 20 % roulant au biogaz.