La télématique automobile ouvre de nouveaux horizons à Cofiparc

La télématique automobile ouvre de nouveaux horizons à Cofiparc

Après avoir lancé une offre de location longue durée facturée au kilomètre parcouru, la filiale de BNP Paribas s’apprête à lancer de nouveaux services autour de la télématique. Un service de récupération de véhicules volés vient d’être lancé alors que l’assurance au kilomètre et la géolocalisation des véhicules en temps réel devraient suivre dans l’année à venir.

- Magazine N°142
536
Le boitier télématique de COFIPARC

Les offres PAYD

Depuis un an, les offres d’assurance automobiles PAYD fleurissent comme les fleurs au printemps. Les premiers bourgeons sont apparus en avril 2008 avec Solly Azar et une offre dédiée aux jeunes conducteurs. Depuis, Amaguiz, filiale Internet de Groupama, la MAAF, Axeria, filiale du groupe April, Aviva et MMA ont créé leurs propres modèles d’assurance à l’usage ou sont en phase de test (lire article pages suivantes). Sur le marché des flottes automobiles, Axa a été le premier à dégainer. Ainsi, en septembre 2007, l’assureur a mis en place avec Orange une assurance dont la tarification prend en compte les kilomètres parcourus et le type de routes emprunté. Parallèlement, cette solution récolte anonymement des informations sur la conduite de l’ensemble des utilisateurs pour permettre aux entreprises de mener des actions de prévention en matière de sécurité routière. Las. Axa serait encore en phase de test et se refuse aujourd’hui à communiquer pour établir un premier bilan.

Plus discret, mais avec un modèle qui fonctionne depuis le début de l’année, Cofiparc mène son chemin. L’originalité du concept : il ne s’agit pas d’une assurance à l’usage, mais d’un contrat de location longue durée facturé au kilomètre. Filiale de BNP Paribas détenue par Arval et Cetelem, Cofiparc commercialise son offre de location longue durée à travers les distributeurs automobiles. Avec quatre agences et huit implantations à travers la France, Cofiparc a noué des partenariats avec 1 500 distributeurs automobiles de toutes marques. Le cœur de sa clientèle est composé de PME, PMI et TPE.

Des contrats adaptés aux PME et TPE

« Pour les grandes entreprises, les contrats de location avec des plans triennaux rassurent les financiers, explique Hubert Berthommier, directeur développement marketing et communication. Mais nous avons écouté nos clients, des PME pour la plupart, qui ne souhaitent pas s’engager sur trois ou quatre ans. Nous avons organisé une table ronde et nous avons écouté les responsables. Ils nous ont dit : « La LLD, c’est bien, mais si je n’effectue pas les kilomètres inscrits au contrat, je ne suis pas remboursé. En revanche, si je fais trop de kilomètres, vous me massacrez. » De plus, les frais de remises en état constituent un handicap pour séduire cette clientèle. »

Pour répondre aux préoccupations des PME, PMI et TPE, Cofiparc a donc lancé un concept de location longue durée baptisé Mobirythme, soit quatre types de contrats qui couvrent tous les besoins des entreprises. Outre une offre de location longue durée classique avec un loyer fixe et une durée et un kilométrage définis à l’avance, Cofiparc propose plusieurs contrats de location à l’usage. Baptisé Rythme K, le premier associe, pour une durée fixe, un abonnement et une facturation au kilomètre. « Les relevés sont quotidiens et la facture est envoyée mensuellement, explique Hubert Berthommier. Cette offre est adaptée, par exemple aux entreprises dont l’activité est saisonnière. Si elles ne travaillent pas pendant trois ou quatre mois, elles ne paient que le forfait. »

Le PKP : prix du kilomètre parcouru

Deuxième offre de location à l’usage, Rythme DL, acronyme de Dégressivité et Liberté, propose un loyer dégressif et une sortie libre sans pénalité. « A titre d’exemple, continue Hubert Berthommier, l’utilisateur sait qu’il va faire 20 000 kilomètres par an, mais ne sait pas combien de temps il va conserver son véhicule. S’il garde son véhicule plus de 24 mois, le loyer va être dégressif sur les mois suivants. Le contrat colle à la valeur économique du bien avec un véhicule qui se déprécie surtout les deux premières années. De plus, si la restitution se fait après 24 mois, l’utilisateur n’a aucune indemnité à payer. »

Dernier contrat, Rythme KDL (Kilomètre Dégressif Liberté) associe l’ensemble des innovations proposées par Cofiparc. L’abonnement est dégressif et la facturation se fait au kilomètre réellement parcouru. De plus, la sortie du contrat est libre et sans pénalité. A travers l’ensemble de ces offres, Cofiparc invente un nouveau concept : le PKP, le prix du kilomètre parcouru.

Avec ses différentes offres, Cofiparc revendique un portefeuille de 4 000 clients et une flotte de 22 000 véhicules. Plus de 30 % des contrats sont conclus avec la facturation au kilomètre, soient les offres K et KDL. « Il y a un temps d’inertie pour installer ces offres, explique Hubert Berthommier. Le produit est proposé par les vendeurs en concession. »

Pour enregistrer les kilomètres parcourus et les restituer par GPRS, Cofiparc s’est associé à Traqueur qui fournit le boîtier communicant. L’installation est faite par les concessionnaires dont les techniciens sont formés spécialement à cette tâche. Seuls les kilomètres et les numéros de série des véhicules sont transmis via GPRS au serveur de Fleet Technology, filiale de Traqueur. Ensuite, le locataire est facturé le 20 du mois sur la base des kilomètres enregistrés.

Avant de mettre en place cette solution, Cofiparc a testé la solution pendant 6 mois et a pu ainsi corriger les imperfections. Avant de choisir Traqueur et Fleet Technology, la filiale de BNP Paribas a rencontré une douzaine d’acteurs. Pour les départager, plusieurs critères ont été établis dont le prix de la solution et la solidité financière de l’entreprise. « Ce marché bouge beaucoup, observe Hubert Berthommier. Les intervenants font de belles promesses, mais les perspectives de développement restent hypothétiques. Nous avons voulu travailler avec un acteur et une technologie pérennes. »

Et d’après Cofiparc, les économies réalisées par les entreprises sont bien réelles. « Avec un contrat au kilomètre, si le client roule moins que prévu, sa facture est allégée d’autant, plaide Hubert Berthommier. Sur un contrat de 100 000 kilomètres et 33 mois, si le véhicule ne roule que 90 000 kilomètres, le bénéfice est de 10 000 kilomètres multiplé par 6 centimes. A contrario, s’il roule plus, 130 000 kilomètres, le surcoût, dans un contrat au kilomètre, sera de 30 000 multiplié par 6 centimes. Et cette estimation reste basse puisque les acteurs traditionnels de la LLD facturent 14 centimes le kilomètre supplémentaire. Mais la comparaison n’est pas forcément possible car les clients ne font jamais les kilomètres prévus au contrat. »

Des nouveaux services

Et Cofiparc ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Les boîtiers installés dans les véhicules permettent d’ores et déjà de proposer d’autres services. Ainsi, la filiale de BNP Paribas a lancé en septembre un service de récupération des véhicules volés. « Lorsque le véhicule d’un plombier est volé, explique Hubert Berthommier, ce n’est pas simplement son mode de transport qu’il perd mais également son outil de travail, son atelier. »

Cofiparc annonce des tarifs particulièrement compétitifs. Le prix devrait être inférieur à celui des offres actuelles proposées à 15 ou 20 euros par mois. « L’investissement est déjà amorti par l’installation des boîtiers pour connaître les kilométrages parcourus », explique Hubert Berthommier. La localisation du véhicule sera déclenchée après l’enregistrement de la plainte à la gendarmerie et la position du véhicule, transmise aux forces de l’ordre. Enfin, avant la fin de l’année, Cofiparc proposera aux entreprises de géolocaliser leurs véhicules. Là encore, Hubert Berthommier annonce des tarifs attractifs, les investissements sur l’outil technologique ayant déjà été amortis par la récupération des kilomètres effectués.

L’assurance au kilomètre sera proposée en 2009

Enfin, au premier semestre 2009, le loueur devrait lancer une offre d’assurance au kilomètre pour les flottes des PME, PMI et TPE. Et Hubert Berthommier d’évoquer le futur de la télématique : « Tous les acteurs du marché réfléchissent à ce type d’offres et à équiper les véhicules de boîtiers en première monte. Nous surveillons également de près l’évolution des fabricants de GPS comme TomTom. Cela étant, les constructeurs ont revu à la baisse leurs budgets en matière d’investissement technologique. De notre côté, nous n’attendons pas des évolutions éventuelles. Nous avons notre propre stratégie et apportons les réponses aux besoins de nos clients chez les distributeurs automobiles. »

La télématique automobile ouvre de nouveaux horizons à Cofiparc

PARTAGER SUR