La variable d’ajustement des parcs automobiles

Située entre la longue et la courte durée, la location moyenne durée de véhicules répond à un besoin précis des entreprises avec des règles également bien spécifiques.

- Magazine N°143
507
Location de moyenne durée

Les besoins de souplesse, de réactivité et de sur-mesure pour les clients sont une constante de la stratégie des professionnels de l’automobile. Le développement de la location moyenne durée, avec des contrats spécifiques et des services associés, en est une nouvelle preuve. « La location moyenne durée, c’est un peu le ventre mou de la location automobile. Ce n’est ni de la courte durée, ni a fortiori de la longue durée ; c’est quelque chose qui oscille entre 30 jours et un an », explique un professionnel du secteur. « Ventre mou » peut-être, mais axe de développement de plus en plus important sûrement, à l’heure où les entreprises ne veulent plus s’engager dans des CDI, mais préfèrent des CDD renouvelables.

Une plus grande Flexibilité

Comme le rappelle André Gallin, président de Hertz France et de la branche loueurs courte durée du CNPA, « la moyenne durée répond à trois nécessités liées à la flexibilité : en cas de panne ou d’entretien, en attendant la livraison d’un véhicule neuf, ou encore pendant une période d’essai. Nous avons beaucoup de petites sociétés qui font appel à des saisonniers pour des périodes de temps déterminées à qui elles fournissent un véhicule. D’autres entreprises, face à un accroissement important de leur activité ou pour une opération particulière, ont besoin de voitures pour plusieurs semaines. En cas de panne ou d’entretien, il arrive que l’on doive bénéficier d’un véhicule de remplacement. Reste le cas où le véhicule neuf que vous avez commandé n’est pas livrable avant quelques mois et vous avez besoin alors d’un véhicule d’attente. Dans toutes ces situations, le recours à la location moyenne durée est une solution. »

Pas question pour ces sociétés clientes de multiplier les contrats de location courte durée, peu adaptés à la gestion d’un parc automobile (assurance du loueur obligatoire, le conducteur doit être désigné au contrat, les voitures louées ne bénéficient pas des outils de gestion d’un parc automobile, reporting). Pour répondre à ces attentes et à la demande des entreprises, les loueurs longue durée ont peu de solutions : soit ils passent des accords avec des spécialistes de la courte durée pour monter des contrats de moyenne durée. Soit ils développent leurs propres prestations en achetant des voitures qui ne servent qu’à répondre à des demandes de moyenne durée. Soit enfin, ils utilisent des stocks de véhicules d’occasion qu’ils font tourner pendant quelque temps avec des contrats de moyenne durée.

Pour les spécialistes de la courte durée, en tout cas, cette activité représente environ 10% de leur chiffre d’affaires et constitue un complément d’activité naturel. Les tarifs affichés par les adhérents du CNPA varient selon la volumétrie, mais les clients peuvent bénéficier d’une baisse moyenne de 10 % sur le prix de base de la courte durée. Avantages et inconvénients de chaque stratégie.

Un parc dédié à la moyenne durée

Honneur au «pionnier» de la location moyenne durée : Parcours. La prestation a été développée en interne dès 1999. « Au début, nous avons recyclé des véhicules d’occasion que nous mettions à disposition de nos clients pour des durées de quelques mois. Mais très rapidement, avec la hausse de la demande, nous avons décidé d’acheter des voitures rien que pour cela », explique Jérôme Munck, directeur commercial de Parcours.

« Nous voulions réellement avoir une vraie homogénéité et continuité de services entre le moment où le conducteur était en location moyenne durée et celui où, une fois embauché, il basculait naturellement dans la longue durée. »

Avec le recul, Jérôme Munck estime que cette prestation baptisée « véhicule d’attente » est devenue un vrai point de différenciation par rapport à la concurrence (lire aussi témoignage ci-dessous). « Nous avons conclu certains contrats parce que nous pouvions présenter ce service aux prospects, avec notamment la livraison des véhicules directement chez le client ». A ce jour, le parc de véhicules d’attente de Parcours atteint 400 unités ; mais il va bientôt grossir pour mieux répondre aux demandes. Le loueur prévoit d’acquérir une centaine de voitures supplémentaires (il les conserve entre 18 et 24 mois, en prenant soin qu’ils ne dépassent pas 100 000 km). « Nous dispatchons nos modèles un peu partout en France, au prorata de l’activité de nos sites. Mais nous pouvons parfaitement transférer les véhicules d’un site à un autre si la demande l’exige », précise Jérôme Munck.

« Notre objectif n’est pas de faire du chiffre d’affaires en tant que tel ; 400 véhicules sur un parc 28 000 unités, ne font jamais que 0,5% de l’ensemble. Ce n’est pas non plus une prestation génératrice de marges ; en revanche c’est un vrai vecteur d’image », insiste le responsable de Parcours. Le prix de la location moyenne durée est déterminé sur les mêmes critères que les contrats longue durée, et il s’affiche entre 30 et 40 % moins cher « qu’un bon accord négocié avec un loueur courte durée. »

Moyenne durée : + 83 % en un an

ALD Automotive, lui aussi, a développé en interne son service moyenne durée depuis 2005. Cette innovation est issue des « bonnes pratiques d’ALD Automotive Belgique » alors qu’auparavant les équipes françaises passaient par la courte durée. Là encore, explique Hugues de Monteville, responsable du VO et de la restitution, l’avantage de proposer ce « Service + » en interne réside dans l’uniformité et la continuité de la prestation. « Une entreprise qui lance une opération marketing ciblée aura besoin de 20 à 40 collaborateurs supplémentaires pendant 3 à 6 mois. Elle loue alors des véhicules pour cette période et reçoit ensuite une facture centralisée. Pour elle, cela se passe exactement comme dans la longue durée, avec assurance, assistance, dépannage, pour l’ensemble des véhicules en contrats de location moyenne durée », explique-t-il.

Pour le client en effet, l’offre « Service + » d’ALD Automotive comporte plusieurs atouts énumérés par Hugues de Monteville : « Nous faisons les livraisons sur le site du client, pas besoin d’empreinte Carte Bleue, pas de risque de permutation de véhicule pendant la durée du contrat de location, des modèles en général mieux équipés avec GPS et climatisation. » ALD conserve en moyenne ces modèles entre 6 et 18 mois, avec des kilométrages compris entre 20 et 60 000 km. Fort d’un parc de 1 200 unités dédiées à la location moyenne durée, ALD Automotive ne propose pas cette prestation sur l’ensemble du territoire (à l’inverse de Parcours) : 800 véhicules sont basés à Paris et région parisienne, 150 en région lyonnaise (180 d’ici la fin de l’année) et une cinquantaine à Strasbourg. « Nous pouvons servir nos clients jusqu’à une centaine de kilomètres autour de Paris », précise Hugues de Monteville. « Nous pouvons en parallèle servir les clients de l’ensemble de nos agences françaises avec des stocks tampons locaux. »

Désormais, trois personnes s’occupent à plein temps de cette activité chez la filiale de Société Générale. Il faut dire que la demande est croissante (+ 83 % depuis le début de l’année). « Il y a un tel besoin de souplesse dans les effectifs que les entreprises ne s’engagent pas sur le long terme. » Signe des temps, quelques voitures sans permis (une dizaine) sont proposées depuis le début 2008, uniquement sur le centre de Lyon, mais le coût de location est élevé (800 euros par mois et par véhicule).

Un trait d’union entre LLD et courte durée

Tous les loueurs n’ont pas fait le choix de développer leur propre service de location moyenne durée. Dans ce cas, ils doivent passer des accords avec les spécialistes de la courte durée. C’est le cas de GE Capital Solutions, qui travaille notamment avec Hertz. « Nous répondons à ces demandes depuis une bonne dizaine d’années, mais il s’agit toujours de solutions liées à des contrats de location longue durée », précise Thomas Zink, directeur marketing de la société de LLD.

Avantage pour le client, la continuité du service automobile et la possibilité d’être toujours opérationnel, même s’il est attente d’un véhicule neuf, d’une embauche ou d’un retour de réparation de sa voiture, souligne le loueur. Pour répondre aux demandes de ses clients, GE Capital Solutions a fait le choix de ne pas se doter d’un parc en propre. « Si nous voulions mettre à disposition un catalogue de véhicules disponibles partout en France, nous devrions nous doter d’un parc énorme », rappelle Pascal Vanbeversluys, directeur commercial de l’activité flottes. L’activité location moyenne durée représente chaque année 500 à 600 réservations pour le loueur, avec des durées de quelques jours à quelques mois. Pour un véhicule d’entrée de gamme (type 207 ou Clio), il en coûte environ 30 euros pour un contrat d’un mois.