La voiture reste le moyen de transport privilégié des Français

Selon la première édition du Baromètre « Scan Mobility » de l’agence de marketing Advent, environ 70 % des Français utilisent la voiture quotidiennement.

1072
baromètre advent

Le sondage à réponses multiples de l’agence marketing Advent et réalisé sur un panel de 1 229 personnes tend à démontrer que les français sont toujours dépendants à l’automobile.

Plus en détail, 69,7 % des Français utilisent la voiture. Solution la plus fréquente après l’automobile pour 55,1 % des sondés : la marche à pied. Les autres moyens de transport s’établissent à : 26,2 % pour le métro ou le tramway, 24,7 % le bus, 18,8 % le vélo, 17,2 % le train. En zone rurale, la voiture domine nettement avec une utilisation par 86 % des sondés qui choisissent aussi la marche à pied pour 40,9 % d’entre eux et le vélo à 20,2 %.

Par ailleurs, plus la taille de l’agglomération augmente, plus l’utilisation des moyens de transport se diversifie. Ainsi, le pourcentage d’utilisation du tramway passe logiquement de 4,3 % en zone rurale à 44 % pour les agglomérations de plus de 100 000 habitants. Il en est de même pour le bus, avec des valeurs de 8,4 % en zone rurale et 40,8 % en zone urbaine de plus de 100 000 habitants.

Dépendance à la voiture en zone rurale

L’automobile est utilisée comme moyen de transport unique pour 63,7 % des sondés en zone rurale. Ce chiffre descend à 25,6 % en Île-de-France, étant donné l’accessibilité des transports en commun.

Autre constat, 52,2 % des CSP + sur le territoire national utilisent la voiture comme mode de transport unique contre 32,2 % pour les inactifs. L’écart se resserre en Île-de-France : 28,6 % des CSP+ franciliens utilisent seulement la voiture contre 19,2 % pour les inactifs.

Concernant l’âge des Français, plus il augmente, plus les sondés déclarent utiliser la voiture comme mode de transport unique, avec un pic de 43,7 % pour les 45/54 ans. Les valeurs en Île-de-France sont moins dispersées quel que soit l’âge des Franciliens : elles tournent autour de 25 %. En bref, l’attachement à la voiture reste tout aussi important en zone rurale que dans les zones densément peuplées, mais les Franciliens alternent beaucoup plus les moyens de transport.