Lancia : «Saison» 2

Pour le centenaire de la marque Lancia, c’est la carte de la renaissance italienne que l’on a mis en avant avec la présentation de la nouvelle Lancia Delta. Symbole du renouveau de la marque, ce futur modèle ne sera commercialisé qu’en 2008.

- Magazine N°122
530

Les dirigeants du groupe Fiat et les responsables de la marque ont voulu marquer le coup. Afin que le centenaire de Lancia corresponde à la relance de la marque, c’est dans un haut lieu de la renaissance -Venise- et dans le cadre de la Mostra, que le constructeur italien a dévoilé sa nouvelle stratégie en présence du PDG du groupe, Luca di Montezemolo qui a rappeler les valeurs essentielles auxquelles Lancia doit adhérer à l’avenir. Elégance, prestige, style, personnalité, glamour et performances, telles sont les valeurs cultivées désormais par la marque italienne. Son ambition : renaître de ses cendres bien sûr, mais aussi placer pour le long terme le nom de Lancia dans la liste des marques haut de gamme (Premium) en Europe. Une ambition qui n’a jamais abouti jusqu’ici avec une gamme de modèles constituée des Lybra, Thesis, Phedra, Musa et Ypsilon.

Lancia sauvée et relancée

Moribonde et au plus bas de la vague en 2004, la question de la survie de la marque s’est alors posée, reconnaît Sergio Marchionne, Administrateur délégué de Fiat Auto. Aussi, le retour progressif des premiers bénéfices au sein du groupe Fiat ainsi que des résultats de ventes encourageants de la part de Lancia ont-ils forgé l’idée d’une véritable relance de la marque, indiquent ses responsables.

Première étape de cette relance, la mise sur pied de structures de commercialisation distinctes de celles de Fiat. « Lancia conserve une forte présence commerciale en Italie », explique Olivier François, le responsable de la marque, en revanche, dans le reste de l’Europe, notre réseau n’est pas suffisamment homogène. « Nous avons également un programme ambitieux en matière de qualité de service afin de permettre au modèle Ypsilon par exemple de devenir l’alternative « B Premium » pour tous et partout en Europe ».

En Italie, poursuit Olivier François, « Lancia va proposer le « Lancia V. Y. P. Service » (Very Ypsilon People Service) pour le dépannage et le service de courtoisie pour récupérer ou livrer la voiture en cas d’entretien. Concrètement, durant les deux années de garantie, le client ne devra jamais se soucier de se rendre en atelier ou chez son concessionnaire pour les coupons de révision. Lancia s’occupera de tout, tout en assurant la mobilité du client. En outre, en cas de panne mécanique, de crevaison d’un pneu, de panne de carburant, etc. , un atelier mobile interviendra pour résoudre rapidement le problème. Ce service révolutionnaire sera proposé en série ou en option dès 2007 dans les autres pays ».

Ypsilon, la petite qui compte chez Lancia

Car parmi les motifs de satisfaction qui ont encouragé le groupe Fiat à relancer la marque Lancia figure la petite Ypsilon. Vendue en août à 70 000 exemplaires, soit 4,8 % de part de marché, la petite Lancia a obtenu là son meilleur résultat de vente depuis 18 mois notamment après un début d’année calamiteux.

L’Ypsilon fait d’ailleurs peau neuve à l’occasion du Mondial de Paris avec la présentation d’une nouvelle version équipée de moteurs diesel 1. 3 Multijet de 75 et 90 ch, d’une boîte de vitesse robotisée et de la traditionnelle robe bicolore. « En France, l’Ypsilon a représenté 2 300 immatriculations sur les 4 500 de la marque l’an passé », indique Arnaud Belloni, Directeur de Lancia France qui signale que la marque a l’ambition dans l’hexagone de parvenir à 14 000 ventes d’ici 2010.

La part de la France dans la reconquête du marché automobile sera importante pour Lancia. « Le volume de ventes de cette marque qui «culminait» à 18 000 unités en 1990, est tombé au plus bas en 2003 avec moins de 2 000 ventes en France », souligne Arnaud Belloni. Quant à Olivier François, il reste persuadé que la marque Lancia peut parvenir à 20 000 ventes en France d’ici 2010 en particulier parce que c’est dans l’hexagone qu’ont été mises en place en priorité la nouvelle organisation et les nouvelles structures commerciales de la marque. L’autre raison tient à l’importance que représente le segment B dans les ventes automobiles françaises.

20 à 25 % moins cher que le «Premium» allemand

Mais pour l’heure, la part de Lancia est encore très faible : 0,36 % de part de marché au terme d’un mois d’août qui a été très profitable à la marque (+ 35 %). Reste qu’Arnaud Belloni est convaincu que les caractéristiques « d’élégance accessible » de la marque tout comme un niveau de tarifs 20 à 25 % moins élevé que ceux du «Premium» allemand devraient contribuer à élever encore le niveau de part de marché de la marque en France.

Car il faudra attendre 18 mois avant de voir Lancia commercialiser enfin un nouveau modèle illustrant l’ambition retrouvée de cette marque. En juin 2008 apparaîtra en effet la Delta HPE, une berline racée, très dessinée, qui se placera à mi-chemin entre le segment C, celui des Mégane et 307, et le segment D, celui des 407 ou des VW Passat. Cette nouvelle Delta qui vise la clientèle jusqu’ici attirée par les marques Audi ou Volvo se caractérise par un dessin qui place cette berline 5 portes à la fois dans la catégorie des coupés et des breaks. Elle sera proposée équipée de motorisations diesel allant de 120 à 200 ch et devrait séduire par son style élégant et sportif ainsi que par la grande surface vitrée dont elle est équipée. Selon les responsables de la marque, avec 4,5 m de long et 2,70 m d’empattement, la Delta accorde une large priorité à l’habitabilité sans renoncer à un vaste coffre annoncé pour contenir 400 litres.

Par la suite, indique-t-on chez Lancia, la marque lancera début 2009 un coupé cabriolet, sur la base de la Fiat Grande Punto, lequel bénéficiera d’un rapport équipements-prix très favorable (« une 307 CC au prix d’une 206 CC », commente-ton également chez Lancia).

Vendre six fois plus hors d’Italie

« Au sein du groupe Fiat, nous respectons l’ «ADN» de chacune des marques en terme de définition de produits, explique l’Administrateur délégué de Fiat Auto, Sergio Marchionne. « Avec la nouvelle Delta, notre objectif est de doubler notre part de ventes d’ici 2010 et de passer de 120 000 à 300 000 unités. Pour cela, il nous faudra vendre six fois plus hors d’Italie qu’actuellement, soit 150 000 ventes. Quant à la nouvelle Delta, elle devrait à cette date représenter 60 000 ventes de la marque dont 35 000 en Europe. Au global, a expliqué le patron de Fiat Auto, nous voulons aboutir à une part de 1,2 % du marché européen et de 8 % du marché italien. »

Autant dire que chez Lancia, on va devoir d’abord s’armer de patience avant de voir distinctement les effets de la réorganisation commerciale et ceux provoqués par les modèles annoncés. Il est vrai qu’à 100 ans, on est armé pour l’éternité.

PARTAGER SUR