Land Rover en hors piste et en conduite autonome

Il restait un dernier domaine non exploré par la conduite autonome, celui du tout-terrain et ses situations largement imprévisibles. Land Rover, le spécialiste du 4x4 n’a pas renoncé.

1730
Land Rover autonome

S’il est un domaine où la conduite autonome a besoin de situations reconnaissables, identiques, normées et reproductibles, c’est bien celui de la voiture dans son environnement routier ou citadin. Le véhicule se situe alors sur des routes et autres voies déjà bien répertoriées dans la mémoire de l’ordinateur de pilotage. Et on l’a constaté récemment avec l’accident mortel du Volvo XC90 en conduite autonome d’Uber : une situation anormale sur route peut ne pas être correctement analysée par l’ordinateur.

On sera donc assez perplexe sur l’annonce de Land Rover qui vient de lancer un programme de développement technologique sur le pilotage automatique hors piste et routes balisées. Même équipée des radars, capteurs, lasers, vidéos et autres lidars de dernière génération, un Range Rover Evoque évoluant dans un cours d’eau, sur une piste enneigée, à travers la brousse ou dans la forêt vierge pourrait-il mieux « s’en sortir » qu’un conducteur humain expérimenté ? Et dans quel but ?

Rendez-vous fin 2020

C’est tout le pari du système Cortex 5 D lancé depuis mars dernier et pour une durée de 30 mois. Cortex 5 D est mené dans le cadre d’un programme financé par le gouvernement britannique (Innovate UK, agence pour l’innovation du Royaume-Uni) et le constructeur britannique propriété de l’indien Tata, en partenariat avec l’université de Birmingham.

Rendez-vous donc fin 2020 pour les premiers tours de roue en 4×4 et hors bitume d’un Range Rover. Selon Land Rover, son véhicule pourra d’affranchir des obstacles et pièges divers avec une conduite autonome de niveau 5, c’est-à-dire sans aucune intervention du conducteur.

Le dernier dossier sur le véhicule autonome

PARTAGER SUR