Les lauréats de l’appel à projet « Routes et Rues »

Le ministère des Transports, l’Institut des Routes, des Rues et des Infrastructures pour la Mobilité (IDRRIM) et le Cerema ont présenté les lauréats de l’appel à projets d’innovation « Routes et Rues » 2022.
4194
Appel à projets innovation Roues et Rues
© shutterstock

Début août, Clément Beaune, ministre délégué chargé des Transports, a révélé les lauréats de l’appel à projets d’innovation « Routes et Rues » 2022. Ces derniers pourront désormais tester leur solution sur le terrain. En effet, ils bénéficient d’un suivi pour évaluer objectivement l’apport de leurs innovations. Le réseau scientifique et technique du ministère chargé des transports (Cerema, Université Gustave Eiffel et CETU) s’assurera de cette évaluation. À l’issue de cette démarche, l’entreprise lauréate obtiendra un certificat de bonne fin d’expérimentation par un tiers de confiance reconnu. Un atout pour diffuser son innovation.

Favoriser les mobilités douces pour diminuer les émissions

Parmi les lauréats, la société Alyce a créé « Observer », un système d’analyse de trafic par caméra vidéo. Ce dispositif utilise l’intelligence artificielle pour distinguer les usagers de la route (bus, poids lourds, vélos, motos, piétons). But d’Observer : permettre aux opérateurs de mobilité d’instaurer un report vers les modes de transport en commun et doux.

TH Composites, Groupe Solutions Composites et B&M Engineering ont co-conçu Vélo-Pont. Ce système permet de créer une voie piétonne ou une piste cyclable sur un pont déjà existant. Concrètement, une structure est adjointe au pont sans travaux de renforcement de l’ouvrage.

Eiffage Infrastructures et l’université Gustave Eiffel font aussi partie des lauréats avec leurs enrobés résistants au roulement des pneumatiques sur la chaussée. Leur composant diminuerait ainsi les émissions de CO2 dues au fort trafic routier, notamment des poids lourds.

Améliorer les ouvrages routiers existants…

Cet appel à projets Routes et Rue avait aussi pour but de préserver et moderniser les ouvrages routiers existants. Sur ce point, les chiffres parlent d’eux-mêmes. En effet, seulement 54,1 % des chaussées étaient en bon état en France en 2020. À l’inverse, 19,3 % étaient en mauvais état et 26,6 % nécessitaient un entretien, selon le rapport 2021 de l’Observatoire National de la Route (ONR). L’ONG European Transport Safety Council (ETSC) avait déjà alerté sur le mauvais état des routes en 2019.

Certains lauréats se sont notamment attelés à la consolidation de ponts. Freyssinet France et Campenon Bernard ont été sélectionnés pour leur « tablier charpente bois précontraint et dalle en béton fibré à ultra hautes performances (BFUP) ». Objectif : utiliser plus de bois dans la construction de ponts pour limiter la production de CO2. Freyssinet a aussi conçu avec Eurovia « une couche de béton fibré à ultra hautes performances. » Servant également de bande de roulement, elle s’applique sur le tablier d’un pont en béton pour le rendre étanche.

… et limiter les îlots de chaleurs urbains

En outre, Vinci Construction Services Partagés a été retenu pour Ecolvia. Cette application de bétons bitumineux « par émulsion » favoriserait leur diffusion sur la chaussée pour un meilleur entretien des routes. Et, toujours dans le souci de choyer les routes, 6D Solutions a élaboré Cidex-Fibre. Ce produit, composé notamment de fibres de verre, limiterait la dégradation (fissures et plumage sur chaussée) des enduits routiers superficiels.

Autre lauréat de l’appel à projets Routes et Rues : Spie Batignolles Malet avec son béton compacté routier (BC2R). Ce dernier se compose d’un ciment « bas carbone et de granulats recyclés ». Ce revêtement vise à réduire les effets d’îlots de chaleur pour les voies vertes, aires piétonnes et pistes cyclables.

Vegecol Colas lauréats appel projet Routes et Rues
Vegecol se destine aux routes urbaines de trafics faibles à modérés. © Colas

Enfin, Colas a créé Vegecol, un enrobé à base de liant translucide majoritairement biosourcé. Lui aussi est de couleur claire pour lutter contre les îlots de chaleur urbains.

PARTAGER SUR