L’autopartage oui, mais pas pour toutes les entreprises

P-DG du spécialiste de l’autopartage Vulog, Grégory Ducongé prévient d’emblée : une entreprise n’a pas intérêt à déployer elle-même une flotte en autopartage dès que le nombre de véhicules mutualisés reste en-deçà des 50 unités.

- Magazine N°249
681
Autopartage

« Sous ce seuil, les coûts sont trop élevés au regard des gains, souligne-t-il. Nous sommes sollicités par des entreprises qui veulent déployer dix à quinze véhicules en autopartage. Nous leur expliquons que cette démarche n’a pas d’intérêt économique et nous les envoyons à nos clients qui opèrent des flottes également pour le grand public avec un modèle économique pertinent. »

Pour Grégory Ducongé, seules les grandes entreprises peuvent avoir intérêt à déployer leur propre flotte en autopartage. « Et encore faut-il s’organiser en matière d’avantage en nature quand les véhicules peuvent être employés le soir ou le week-end pour des besoins...