Le C4 Picasso 5 places : difficile à battre

Le C4 Picasso 5 places : difficile à battre

Loin d’être une version «raccourcie» du Grand C4 Picasso et ses 7 places, le C4 Picasso 5 places se veut un «visiospace» à part entière (appellation déposée !), tant du point de vue du style que de ses prestations routières.

- Magazine N°126
772

Plus court de 12 cm que son grand frère à sept places (4,47 m de longueur,1,83 m de largeur et 1,68 m de hauteur), le C4 Picasso 5 places préserve, grâce à son architecture intérieure, l’habitabilité de son grand frère à l’avant comme à l’arrière. Mais avec une chute du pavillon plus marquée et le haut des portières arrière plus incliné. Les trois passagers du deuxième rang ont toujours droit à un siège de dimension identique – 45 cm de largeur, moins que dans un Renault Scénic tout de même – et qui coulisse sur 13 cm avec une position «confort» en réglant l’inclinaison du dossier. C’est surtout le coffre qui perd sa bonne capacité avec 500 l sous la tablette cache-bagages (57 cm), soit 76 l de moins qu’à bord du Grand Picasso.comme ce dernier, ce C4 Picasso bénéficie, lorsqu’on escamote d’un seul geste les sièges arrière, d’un grand plancher plat dont la capacité peut atteindre 1 734 l mais avec un pavillon qui descend plus vite. On y ajoutera des sièges confortables, des matériaux de qualité et valorisants ainsi qu’une finition de très bonne qualité.

L’immense pare-brise panoramique grand angle avancé est toujours de mise, complété par de larges fenestrons. Cette large baie vitrée remonte au-dessus des passagers avant et se prolonge sans rupture par un toit vitré (en option). Unique en son genre, ce pare-brise offre une visibilité inédite à bord d’un monospace compact. On y voit vraiment clair à bord du C4 Picasso avec une sensation unique de voyager dans une bulle sécurisante.

Un confort et une sécurité toujours au top

C4 Picasso conserve les atouts de la plate-forme du Grand C4 Picasso en termes de tenue de route, d’agrément de conduite et de confort dynamique. Un triptyque typiquement Citroën. Les premiers kilomètres surprennent par la qualité de l’amortissement et des suspensions qui ne font aucune concession tant en souplesse pour le confort qu’en maintien pour la tenue de route. Sans entrer dans les détails, sachez que la qualité de filtration des trains roulants rappelle celle d’une limousine à suspension hydropneumatique de la marque alors qu’il s’agit de ressorts hélicoïdaux et d’amortisseurs classiques. La « suspension pneumatique » arrière en option (500 €) ne servant qu’à maintenir l’assiette constante en charge.

Une conduite «sportive», au rythme soutenu et enchaînant virages et mauvais revêtements laisse imperturbable le châssis. Et grâce à un ESP (en série sur toute la gamme couplé à l’antipatinage ASR) non-intrusif comme l’on dit aujourd’hui, les débuts de «dérapages» sont neutralisés avant qu’on ne s’en rende compte (mais il faut rouler très vite). Rappelons qu’en sécurité passive, le C4 Picasso est couronné par 5 étoiles aux crash-tests EuroNCAP, le situant au meilleur niveau de la catégorie. La seule critique concernant ce C4 Picasso concerne les passagers qui seront un peu trop chahutés en raison d’un typage de la direction qui provoque un rappel assez net, ainsi qu’une sensibilité forte, au moindre degré pris par le volant, une tradition de la marque aux chevrons et ses directions très directes. Ce monospace n’en reste pas moins un véritable vaisseau au long cours.

12 cm de moins et seulement 700 € d’économisés !

Les motorisations sont identiques au C4 Picasso 7 places avec, en diesel, le 1. 6 l HDi de 110 ch et le 2. 0 l HDi de 138 ch. Et le «petit» 110 ch se révèle toujours aussi vaillant et suffisant en performances tout en préservant une bonne sobriété. Et son classement en 6 CV contre 8 CV pour le 138 ch milite toujours en sa faveur. En revanche, une boîte automatique «classique» fait son apparition avec ce dernier et y apporte la rondeur, le confort, la souplesse et la douceur qui sied à une voiture de catégorie supérieure. Qualités qui font légèrement défaut à la boîte robotisée 6 rapports (+ 700 €) montée avec le 110 ch.

La gamme est organisée naturellement autour des 4 finitions du 7 places (Picasso, Pack, Ambiance, Exclusive), sachant que l’en- trée de gamme est toujours dépourvue, même en option, de l’indispensable climatisation. Dès le 2e niveau, le confort est assuré mais c’est avec le niveau Ambiance que vous aurez droit à tous les automatismes (feux, essuie-vitres, clim, etc.). Il faut souligner que les prix sont inférieurs de seulement 800 € au Grand Picasso, c’est largement insuffisant ! On pourra donc hésiter entre les 2 versions, sachant que ce dernier offre deux sièges supplémentaires totalement escamotables dans le plancher. Et une capacité d’emport réellement appréciable. Les quelque 12 cm de plus, totalement obtenus sur le porte-à-faux arrière ne présentant pas un énorme handicap en longueur puisqu’on est déjà dans la catégorie des monospaces de 4,50 m.

Le C4 Picasso 5 places : difficile à battre

PARTAGER SUR