Véhicules d'entreprise 2012-2013 : des offres au plus près des besoins

« Le crédit-bail pour ne pas alourdir le passif du bilan » : Julien Mimey, Lambert Menuiserie

Julien Mimey est le dirigeant de Lambert Menuiserie (Aube). Avec une dizaine de VU de type Boxer, Jumper ou Berlingo, deux camions et deux VP pour la direction, ce spécialiste de la menuiserie installé dans l’Aube a opté pour le crédit-bail.

1692

« J’ai décidé l’an dernier de passer au crédit-bail pour ne pas alourdir le passif du bilan. Je ferai ainsi jouer l’option d’achat à l’issue des trois ans. Le leasing permet d’imputer les remboursements dans les charges. Nous préférons conserver notre trésorerie et nos capacités à emprunter pour investir dans du matériel productif pour nos ateliers », argumente Julien Mimey pour expliquer son choix.

Julien Mimey conserve les camionnettes une dizaine d’années, c’est-à-dire « jusqu’au bout. Elles parcourent rarement plus de 20 à 25 000 km par an car toutes nos interventions sont locales. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je n’ai pas privilégié la LLD plus adaptée aux gros kilométrages. » Prochain objectif pour cet entrepreneur : passer au VU électrique. « Nous économiserons sur le carburant et l’électrique est adaptée à nos déplacements », explique-t-il. Pour les VP qui roulent plus, Julien Mimey a choisi récemment une Audi A4 diesel, un modèle peu gourmand qui émet à peine plus de 110 g/km de CO2. « Il n’y a pas de malus écologique et la TVS est plus faible », souligne-t-il.

Véhicules d'entreprise 2012-2013 : des offres au plus près des besoins