Le diester 30 %, une solution pour les flottes

Créée en avril 1994, l’association Partenaires Diester et ses 65 membres veulent valoriser l’utilisation du diester 30 % par les entreprises et les collectivités (www.partenaires-diester.com).

- Magazine N°175
669
Le diester 30 %, une solution pour les flottes

« Sur une année, 34 millions de tonnes de gazole sont consommées pour l’ensemble des véhicules fonctionnant au diesel en France. Toujours dans l’Hexagone, la production annuelle de biodiesel se situe entre 1,7 et 1,9 million de tonnes. Cette production est mélangée en taux banalisé (7 %) dans notre gazole et il reste un marché de niche pour l’offre du diester 30 %, également dénommé B30 (30 % de biodiesel et 70 % de gazole) », explique Gaël Petton, directeur de l’association Partenaires Diester et responsable communication diester chez Proléa-Sofiprotéol. Sofiprotéol se présente comme l’acteur financier et industriel de la filière française des huiles et protéines végétales.

Du côté de ses atouts, le diester 30 % met en avant ses émissions de CO2. « Le biodiesel de colza génère une baisse de 59 % par rapport au gazole, soit une économie de rejets avoisinant les 20 % dans le cas du diester 30 %. J’ajouterai que notre énergie renouvelable est produite en France, elle est traçée et respecte les critères de durabilité », complète Gaël Petton. Qui met aussi l’accent sur l’indépendance énergétique, avec une filière amont de plus de 90 000 producteurs d’oléagineux en France.

Gaël Petton valorise aussi le travail logistique réalisé par la filière diester 30 %. « Dans notre approche, la dimension logistique reste déterminante. Avec nos trois membres associés, Total, Rubis Terminal et Ginouves, nous couvrons l’essentiel de l’Hexagone, avec une offre performante de diester 30 % pré-mélangé. Nombre de flottes contactent l’association pour étudier cette faisabilité. »

Selon Gaël Petton, le diester 30 % reste une solution encore sous-utilisée par les entreprises de transport ainsi que de transport en commun. Mais cette situation devrait évoluer : « Ces dernières se sont engagées à réduire leurs émissions de CO2 (à l’image de la charte objectif CO2) et montrent de l’intérêt pour notre carburant alternatif afin de l’associer à l’éco-conduite et aux véhicules de dernière norme Euro. Entre outre, l’affichage de l’empreinte CO2 des transports sera rendu obligatoire en 2013 ; sur ce point, le diester 30 % apportera une solution bien réelle », conclut Gaël Petton.

PARTAGER SUR