Le haut de gamme Luxe – H2

Dans le haut de gamme luxueux, peu de constructeurs sont présents, et encore moins avec des motorisations diesel dignes de ce nom. Chasse gardée des Allemands, seul l’anglo-américano-germain Jaguar ose s’y aventurer.

- Magazine N°119
763

Le segment du luxe (H2) ne se porte pas si mal, du point de vue de la petite poignée de constructeurs présents sur ce segment, si l’on considère ceux commercialisant des modèles diesels. En effet, les marges y sont confortables, les ventes relativement «faciles», les clients enrichissants généralement leurs véhicules d’options coûteuses, etc. La limousine de luxe n’en reste pas moins une catégorie dont les immatriculations en France sont peu nombreuses car symbole trop voyant menant directement à l’ISF…

Classe S, la Mercedes par excellence

La Mercedes Classe S s’arroge toujours la plus haute marche du podium, elle qui a «inventé» la limousine de luxe carburant au gazole. Si les ventes se sont «effondrées» d’un quart l’année dernière (654 unités), elles redémarrent en flèche depuis le début de l’année (502 immatriculations au 1er quadrimestre). Une seule raison à cela : elle vient tout juste d’être entièrement renouvelée après sa présentation au salon de Francfort à l’automne dernier. On notera que son design a beaucoup évolué en lorgnant sans vergogne vers la Maybach, le classicisme laissant la place au baroque. Finalement, la BMW Série 7 faisait dans l’avant-garde ! Plus longue, la nouvelle Classe S passe à 5,07 m pour un empattement de 303 cm : confort et espace assurés. Et les plus exigeants dans ce domaine pourront choisir la version allongée (Limousine) : 5,20 m de longueur et un empattement porté à 316 cm. Sous le capot, elle est toujours emmenée par le 3. 0 V6 de 235 ch et prochainement par le 4. 0 V8 de 314 ch et 730 Nm de couple.commercialisée à 77 000 € (220 g/km,15 CV) et 82 400 € en limousine (223 g/km,15 CV), elle est tout à fait dans son segment.

Série 7, un lifting efficace !

Face à la Classe S, l’indéfectible concurrente allemande Série 7 a fini par «convaincre» la clientèle du luxe malgré son design trop novateur en son temps (elle est née il y a déjà 5 ans). Son léger relifting de l’année dernière aura levé les dernières réticences et les ventes s’en ressentent avec + 7,4% de croissance l’année dernière à 553 immatriculations. Le début d’année 2006 la voit un peu souffrir (- 3 % avec 162 unités) en raison de la concurrence de l’Audi A8 repositionnée il y a peu.

Le relifting de la Série 7 s’est aussi accompagné d’une nouvelle motorisation en turbodiesel avec la 745d remplaçant la 740d déjà au top. Le 4. 4 l V8 passe donc à 330 ch et 750 Nm de couple : de quoi assurer des voyages au long cours rapides (vitesse maxi de 250 km/h), confortables et peu coûteux en frais d’utilisations (9,5 l/100 km en usage mixte,251 g/km,21 CV). Prix de vente : 94 550 € tout de même. La 730d s’équipe du six cylindres en ligne de 3. 0 l et 231 ch, de quoi déjà assurer des performances de haut niveau (vitesse maxi de 238 km/h) pour une consommation très raisonnable (8,2 l/100 km,216 g/km,15 CV) et un prix compétitif : 71 900 €. Les versions limousines (+ 8 100 €) voient l’empattement de ce modèle passer à 313 cm contre 299 cm et la longueur à 5,18 m contre 5,04 m.

Audi A8, « the » Limousine !

Audi fait un peu bande à part dans le segment du luxe avec une A8 au châssis tout alu et sa transmission intégrale Quattro. Lancée en 2002, elle a eu droit à de nouveaux moteurs en 2003 dont le 3. 0 V6 TDI de 233 ch (236 g/km,15 CV,73 860 €) et le 4. 2 V8 de 326 ch (262 g/km,23 CV,92 380 €). Les places arrière étant, à notre goût, un peu trop chiche, la version limousine autorisera alors le basculement des sièges et la position «allongée» plus confortable (5,19 m au lieu de 5,06 m et empattement porté à 307 cm contre 294 cm). Une A8 V8 TDI limousine en finition Avus frisera alors les 110 000 €! Mais quel confort, quel silence et quelle quiétude sur la route avec sa transmission intégrale. Les ventes sont d’ailleurs le reflet de cet engouement avec 453 immatriculations en 2005 (- 1,5 %) et un bond de 24,3 % depuis le début 2006 avec 143 ventes.

Jaguar, trop modeste

Jaguar a encore du chemin à parcourir pour arriver à ces chiffres mais la XJ s’en ne sort pas trop mal : 186 immatriculations en 2005 (+ 4,5 %) et déjà 88 ventes pour le 1er quadrimestre 2006 (+ 51,7 %). La marque au félin a su proposer une nouvelle XJ séduisante par son design, son comportement et sa motorisation (2. 7 V6 turbodiesel 207 ch) mais souffre toujours d’une image passéiste et de défauts impardonnables à ce niveau de gamme : commodos venus tout droit de Ford Mondeo… Dommage car c’est une alternative crédible et très agréable à conduire face à la triplette allemande. Si son encombrement de 5,09 m pour un empattement de 303 cm la classe sans problème dans la catégorie, son coffre minuscule de 430 dm3 laisse sur sa faim. Une limousine pleine de contradiction et qui attend avec impatience, tout comme les clients, le futur V8 turbodiesel en préparation chez Ford pour Land-Rover. Pour l’heure, il faudra vous contenter des performances modestes du 2. 7 V6 de 207 ch qui assure le minimum pour le segment : 0 à 100 km/h en 8,2 s, vitesse maxi de 225 km/h, conso mixte de 8,1 l/100 km,214 g/km de CO2,13 CV et 68 900 € en finition Executive.

Phaéton : un futur collector ?

Refermons ce chapitre du haut de gamme luxe H2 par la dernière représentante proposant un moteur diesel, la Volkswagen Phaéton. Un accueil difficile par le réseau qui n’a pas voulu vendre une limousine concurrente de sa grande et classieuse » Passat et le regard critique de la presse spécialisée devant ce clone de Audi mais si proche d’une Skoda Superb… se sont combinés pour clouer au pilori une excellente voiture. Résultats des courses, cette Phaéton VW s’est écroulée dans les ventes à 100 immatriculations en 2005 (- 20,6 %) et fera encore moins cette année (24 ventes au 1er quadrimestre à – 35,1 %).

Superbe limousine donc qui se décline en traction intégrale avec un 3. 0 V6 TDI de 225 ch (259 g/km,15 CV,65 380 € en 5 places) et un V10 de 5. 0 l de cylindrée, unique dans la production automobile (101 030 €). Ce dernier fait passer la Phaéton à 2,4 t de poids à vide et 308 g/km de CO2 ! Les versions longues passent à 5,17 m au lieu de 5,05 m et sont aussi proposées en 4 places moyennant un double supplément de près de 30 000 €. Pas donnée la Phaéton !

PARTAGER SUR