Le marché automobile 2015 en France

Alors que le marché automobile français a connu une année 2015 faste, la rédaction de Flottes Automobiles s’est penchée, dans le détail, sur les chiffres dévoilés par le CCFA.

982
Le marché automobile 2015 en France

Si le marché automobile français a connu un véritable renouveau en 2015, avec des immatriculations en progrès de 5,5 %, certaines données révélées par le CCFA semblent indiquer un retournement des ventes mais aussi une progression moindre des constructeurs français face à leurs concurrents étrangers.

Premier élément fort à retirer des statistiques du CCFA : le retournement du marché au détriment du diesel. Comme l’avait déjà noté l’Observatoire Cetelem de l’automobile, l’histoire d’amour entre les Français et cette motorisation semble bel et bien terminée. Alors que le gazole représentait encore 73 % du marché des VP neufs en 2012, il n’a représenté, en 2015, qu’à peine 57 % des immatriculations. À l’opposé, l’essence, avec 739 379 mises à la route, a pesé 38,6 % du marché, un chiffre en progrès de 5,6 % sur un an.

Les constructeurs français à la peine ?

Autre constat fort, malgré une belle reprise, le marché 2015 n’a pas été des plus profitables aux constructeurs français.  Ainsi, PSA (+ 4,2 % à 558 715 unités) et le groupe Renault (+ 5,2 % à 479 945 unités) ont vu leurs immatriculations progresser moins vite que le marché VP (+ 6,8 %) avec un total de 1 039 901 unités tandis que les constructeurs étrangers ont augmenté leurs chiffres de 9,4 % à 877 329 véhicules vendus. La part de marché des tricolores s’affiche ainsi à 54,2 % contre 45,8 % pour leurs concurrents.

Reste cependant une certaine fierté pour PSA et Renault (+ Dacia), leurs modèles trustent le classement des voitures les plus vendues en France et plus précisément les 10 premières places. La première « étrangère » n’est autre que la Polo qui atteint la 11e place avec 42 995 immatriculations, loin de la Clio, écoulée à 108 408 exemplaires en 2015.

Le SUV continue de séduire !

Du côté des carrosseries, le SUV a continué son inexorable expansion en 2015. Il s’agit de la seule carrosserie en progrès sur l’année civile avec une part de marché en hausse de 3 % pour atteindre 26 % au détriment des berlines (- 2 %) et des coupés/cabriolets (- 1 %).

Enfin, les ventes par tranche de CO2, déterminant le bonus-malus ont également connu une évolution en 2015. Ainsi, sur les 1 917 230 VP neufs immatriculés, 85,3 % d’entre eux émettaient entre 61 et 130 g de CO2/km (soit la tranche neutre du bonus-malus, exception faite des hybrides émettant entre 61 et 110 g et bénéficiant d’un bonus de 2 000 euros), quand 1,2 % « seulement » ont bénéficié d’un bonus et 13,5 % ont écopé d’un malus. Des ventes qui ont permis au CCFA d’établir que sur les 11 premiers mois de 2015, les émissions moyennes de CO2 des VP neufs s’établissaient à 111,3 g.

PARTAGER SUR