Le marché automobile éviterait le rejet de 230 000 t de CO2

D’après une étude menée conjointement par Autovista et DataNeo, les ventes de véhicules neufs en France tireraient à la baisse les émissions de CO2.

525
Le marché automobile éviterait le rejet de 230 000 t de CO2

Souvent pointée du doigt comme responsable des émissions de polluant, l’industrie automobile trouve aujourd’hui un argument de poids en France. Dans une étude menée par Autovista et DataNeo, il apparaît qu’en se basant « sur un échantillon de plus de 33 000 achats de VP neufs achetés par des particuliers sur le marché, on constate que le renouvellement du parc entraîne une nette diminution du volume de CO2 émis par les véhicules », spécifient les partenaires.

Pour mesurer cette variation, l’étude a pris en compte les valeurs d’émissions de CO2 officiellement homologuées pour les véhicules achetés et vendus en corrélation avec le kilométrage moyen constaté par type d’énergie (11 700 km/an pour l’essence et 15 800 km/an pour le diesel). Les partenaires ont ainsi établi que les véhicules repris émettaient 135 g de CO2 pour les modèles essence et 132 g pour les diesels, tandis que les véhicules achetés rejetaient en moyenne 117 g pour l’essence et 114 g pour le diesel.

En extrapolant ces données, Autovista et DataNeo sont parvenus au constat que les véhicules neufs achetés en 2015 émettront 229 545 t de CO2 de moins que ceux qu’ils remplacent sur une année, sur la base d’un marché à particuliers de 940 000 VP neufs.