Le marché de la mobilité en entreprise devient mature

Le salon mobile office ouvre ses portes dans une ambiance euphorique. Le marché des solutions mobiles pour l’entreprise connaît une progression spectaculaire. L’adoption de ces technologies n’est plus l’apanage des grandes entreprises : elles se démocratisent et intéressent l’ensemble des secteurs d’activité, PME comprises.

- Magazine N°124
599

Les acteurs de la mobilité professionnelle ont de quoi se réjouir. Les études se multiplient et toutes en arrivent à la même conclusion : les outils mobiles connaissent une évolution dynamique. Si, depuis longtemps, les précurseurs ont adopté les solutions mobiles, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à sauter le pas. Selon Stéphan Saraf, 7 des 23 millions de salariés français sont équipés d’une ligne téléphonique mobile professionnelle. Ces salariés sont équipés de 6 à 7 millions de PC portables. Près de 250 000 cartes (kits de connexion mobile) ont été vendues et 60 000 lignes de messagerie mobile le sont chaque année. Selon l’institut Forrester, les entreprises consacrent désormais 32 % de leurs budgets télécoms et réseaux à la mobilité. Leurs motivations sont toujours les mêmes : gains de productivité, réduction des coûts et motivation des collaborateurs. Pour réaliser cette étude, l’institut a interrogé 335 entreprises européennes. 70 % d’entre elles utilisent une application mobile. Un tiers des entreprises interrogées affirme que la mise en place de solutions de mobilité est une priorité pour 2006. Encore plus probant : 16 % en font une priorité critique.Autre chiffre éloquent, 48 % des entreprises interrogées ont consacré cette année davantage de budget que l’année précédente au poste mobilité. La convergence est désormais une réalité puisque 58 % des répondants envisagent d’adopter des téléphones utilisant indifféremment réseaux GSM et Wi-Fi. Une autre étude, cette fois menée par Avanade, intégrateur de solutions Microsoft, montre qu’en France 76 % des sociétés utilisent des PDA, 48 % des smartphones, 41 % des BlackBerry, 34 % des téléphones 3G et 31 % des tablettes PC. Plus de la moitié des 210 directeurs de services informatiques interrogés envisage d’augmenter l’enveloppe budgétaire dédiée à la mobilité dans les trois ans à venir. La course à l’innovation n’est pas étrangère à cet engouement. Débits à la hausse, coût à la baisse, les technologies offrent également davantage de fonctionnalités.

Ainsi, la 3G se déploie et séduit de plus en plus d’utilisateurs. Selon Strategics Analytics, le nombre d’utilisateurs de terminaux 3G dans le monde devrait passer de 167 millions à la fin de l’année à plus d’un milliard en 2010. La croissance du revenu des opérateurs en matière de communication voix n’est que de 4 % quand celle de la data atteint 18 %. Et déjà la 4G s’annonce. Ce réseau de 4e génération devrait offrir un accès à l’Internet plus rapide que celui qui est actuellement proposé par le réseau fixe.

Des outils mobiles de plus en plus nombreux

Qu’elle soit grand public ou professionnelle, la mobilité est devenue un véritable phénomène de société. D’ores et déjà, les 25 pays de l’Union Européenne montrent un taux d’équipement en téléphone mobile supérieur à celui qui prévaut en téléphone fixe (80 % contre 78 %). Strategy Analytics estime à 235 millions le nombre de téléphones mobiles commercialisés au deuxième trimestre 2006 à travers le monde.Autre outil mobile, les PDA connaissent un regain d’intérêt même si cer- tains analystes sont pessimistes quant à leur avenir. Le cabinet Gartner affirme qu’il s’est vendu 3,69 millions d’unités dans le monde au deuxième trimestre 2006 contre 3,6 millions sur la même période en 2005. RIM, avec son Blackberry, reste en tête, suivi de Palm et de Hewlett-Packard. Quant au prix moyen, il a baissé de 6 % en un an et avoisine désormais les 373 dollars.

Le segment des ordinateurs portables est beaucoup plus dynamique. Ainsi, en, France, et toujours selon Gartner, la demande sur le marché des ordinateurs portables a connu une croissance de 30,8 % au troisième trimestre 2006. Les cinq premiers constructeurs (Acer, HP, Toshiba, Dell et NEC) détiennent 70 % du marché. Sur le marché des entreprises, les ventes de portables ont augmenté de 19 % sur la même période, la demande étant tirée par les PME/PMI.

IDC s’est associé à Dell pour créer un baromètre de la mobilité en entreprise. Les résultats montrent que le marché des outils mobiles croît d’environ 18 % par an depuis 2000. Ainsi en 2000, 2,9 millions d’unités avaient été vendues contre des prévisions avoisinant les 4,5 millions en 2006. Le taux de pénétration des ordinateurs portables est pratiquement total avec 96 % contre 68 % pour les smartphones, 50 % pour les PDA et 13 % pour les Tablet PC. Pour la moitié des entreprises, les intentions d’achat concernent un renouvellement de parc. Pour 61 % d’entre eux, les directeurs informatiques renouvellent pour bénéficier des derniers standards de connexion sans fil au premier rang desquels figurent la 3G.

L’heure de la convergence a sonné

En France, l’Autorité de Régulation des télécoms a imposé une nouvelle baisse des tarifs de gros des opérateurs de téléphonie mobile. Les communications depuis les téléphones fixes vers les mobiles devraient baisser de 12 % à partir du 1er janvier 2007. Cette annonce devrait encore contribuer à la progression du marché. Quoi qu’il en soit, chez les fabricants de terminaux comme chez les opérateurs, l’heure est à la convergence. L’institut IDC définit les mobiles convergents comme étant des terminaux mobiles de type smartphones dotés d’un OS complexe capable de gérer, par exemple, la messagerie Internet.Au troisième trimestre 2006, il s’est vendu 19,3 millions de ces nouveaux outils, une étape historique selon IDC qui estime à 100 millions le nombre d’unités vendues en 2006 dans le monde.Mais la convergence prend d’autres formes. Une étude de Forrester montre que 60 % des entreprises européennes considèrent les services combinés pour la mobilité et les réseaux WLAN comme une priorité pour l’année en cours. De nombreux opérateurs ont déjà annoncé cette convergence. En Europe, Orange a lancé début octobre unik, une offre qui permet à l’utilisateur de téléphoner indifféremment sur le réseau cellulaire et sur le réseau IP à travers une connexion Wi-Fi. Telecom Italia devrait suivre rapidement. Prévue pour 2008, la standardisation des produits Wi-Fi haut débit devrait accélérer le développement des réseaux locaux sans fil alors que l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) vient de distribuer les licences Wimax sur le territoire français. Aujourd’hui, il existe 143 700 hotspots Wi-Fi commerciaux dans le monde selon ABI Research. Non seulement les outils et les réseaux se développent, mais les applications professionnelles deviennent de plus en plus mobiles. Chaque année, Cesmo présente sur mobile office les conclusions d’une étude menée auprès de 378 entreprises et de 204 fournisseurs sur ce marché. Bilan 2005 : plus de la moitié des entreprises offre aujourd’hui à leurs employés nomades la possibilité d’accéder à distance à des applications de type bureau mobile comme la messagerie, l’agenda et l’annuaire. Elles sont 9 % à leur offrir des applications métier mobiles. Bref, la mobilité concerne désormais tous les secteurs d’activités et ce, quelle que soit la taille de l’entreprise.