Le Royaume-Uni entérine l’usage de l’e-CMR avant le Brexit

Anticipée depuis février 2019 par les fédérations française, britannique et néerlandaise du transport, la validation de l’e-CMR, la Lettre de voiture dématérialisée, annoncée le 10 janvier par le Royaume-Uni, devrait limiter les retards aux frontières pour les transporteurs.

539
e-CMR

Il aura fallu le test conjoint de l’usage de la Lettre de voiture dématérialisée eCMR par les fédérations du transport FNTR (France), TLN/Beurvaartadres (Pays-Bas) et FTA (Grande-Bretagne) en février et mars 2019, avec le concours de la technologie de la société Transfollow, pour que le Brexit ne tourne pas au cauchemar frontalier en matière de transport de fret. Convention relative au contrat de transport international de marchandises par route, la C.M.R. régit les documents de transport et la responsabilité du transporteur. Elle est utilisée depuis 1976 par 55 pays d’Europe, d’Afrique et d’Asie pour les échanges internationaux de marchandises. Depuis 2011, un protocole additionnel autorisait sa dématérialisation en e-CMR, ce que les Pays-Bas avaient ratifié en 2011 et la France en 2017.

Éviter les congestions aux frontières

Le Royaume-Uni, lui, restait fidèle à la CMR papier dont le traitement fastidieux provoquerait immanquablement des congestions aux frontières entre le Royaume-Uni et les États de l’Union Européenne après le Brexit. Le pilote mis en place par les trois fédérations de transport entre les prestataires Transports Fiolet (France), International Road Ferry (Pays-Bas) et Brian Yeardley Continental (Royaume-Uni) a démontré au gouvernement britannique les avantages de l’e-CMR : système standardisé et interopérable avec toutes les technologies, enregistrement en temps réel des données, réception instantanée des informations et anticipation des contrôles, facturation accélérée, réduction des erreurs documentaires et gains financiers sur la consommation de papier. Fin décembre, le gouvernement britannique a donc ratifié l’e-CMR, au grand soulagement de tous les transporteurs européens.

PARTAGER SUR