Foot : peu de flottes dans les clubs de L1

Le sport : une bonne vitrine pour les constructeurs

Les constructeurs sont des adeptes du sponsoring sportif. Une pratique qui sert bien évident à mieux vendre leur image, mais aussi leurs produits. Zoom sur quelques uns de ces partenariats.

- Magazine N°119
508

Plutôt que de sponsoriser directement des clubs de football, les constructeurs préfèrent s’associer à des événements sportifs de grande envergure ou à des Fédérations. C’est le cas de Ford, partenaire officiel de l’UEFA et par voie de conséquence, de la prestigieuse Champions League. Le constructeur américain a ainsi profité de la finale au Stade de France, le 17 mai dernier entre Barcelone et Arsenal, pour dévoiler sa toute nouvelle S-Max. « Nous avons aussi fourni aux personnalités de l’UEFA venues à Paris pour assister à la finale une cinquantaine de véhicules pendant la durée de leur séjour », explique-t-on au siège de la marque.

Pour succéder au long règne de Fiat, comme véhicule officiel du Tour de France, Skoda a mis les gros moyens. Quelle autre manifestation donne en effet pendant trois semaines d’affilée autant de visibilité que la Grande Boucle? Pour doper ses ventes dans l’Hexagone, la marque du groupe VW met donc jusqu’en 2007 quelque 250 véhicules à la disposition d’ASO, moyennant un investissement estimé à 4,5 millions d’euros par an. L’ambition de la marque est d’augmenter sa notoriété (un peu plus de 15 % actuellement) et de vendre d’ici quatre ans 20 000 véhicules chaque année sur le marché français (contre 14 000 en 2004). Quant à Peugeot, non content d’être de longue date « transporteur officiel de Roland-Garros », il a signé avec l’International Rugby Board pour être le partenaire de la Coupe du monde de rugby qui aura lieu en France en septembre 2007.

Les marques japonaises ne sont pas en reste en matière de sponsoring sportif. Toyota associe son nom à la Fédération française de football (il est ainsi l’un des parrains des Bleus) et à celle du rugby. Après avoir testé le milieu du football en sponsorisant les demi-finales et la finale de la Coupe de France, il y a quelques années, Mitsubishi a tout récemment opté pour le hippisme. Le quatrième constructeur automobile japonais est devenu le partenaire exclusif du Prix du jockey Club.

L’épreuve de galop devient ainsi le Prix du Jockey Club Mitsubishi Motors. Le partenariat avec la société France Galop court sur 2006 et 2007, avec possibilité de prolongation en 2008. « C’est la deuxième épreuve française de galop la plus richement dotée après le prix de l’Arc de Triomphe », rappelle le constructeur qui importe 10 000 voitures en France et dispose d’un réseau de 110 points de vente. Autre constructeur japonais de renom, Subaru entend sortir de l’univers exclusif du rallye où il connaît un grand succès. Son président en France, Thierry Gillard, a mis sur pied un team d’athlètes. Baptisé Integral Team Subaru, il compte Stéphane Sarrazin, pilote de rallye Subaru ; Tony Estanguet, double champion olympique de canoë ; Sandrine Bailly, championne du monde de biathlon ; Fabien Barel, champion du monde de VTT de descente et le rugbyman du Stade français Rémy Martin. Les contrats sont signés pour trois ans renouvelables. L’idée étant que chaque athlète soit l’ambassadeur d’un modèle de Subaru, tant dans le cadre de sa pratique sportive que dans sa vie quotidienne. « Nous vendons 2 000 véhicules chaque année sur le marché français. Notre ambition est de passer à 5 ou 6 000 ventes annuelles », souligne Thierry Gillard.

Parallèlement à ce team d’athlètes, Subaru a conclu un partenariat avec Lagardère. Plus précisément avec le Team Lagardère, en tant que partenaire associé. Concrètement, la marque japonaise fournira une dizaine de véhicules aux athlètes soutenus par l’industriel français, grand amateur de sport. Subaru pourra également utiliser les installations du Team Lagardère pour sa propre écurie de sportifs.

Foot : peu de flottes dans les clubs de L1