L’eCall obligatoire d’ici le 31 mars 2018

L’eCall obligatoire, c’est validé ! Le dispositif, d’abord obligatoire sur les nouveaux VP et VUL, pourrait ensuite équiper bus, cars et poids lourds.

826
L’eCall obligatoire d’ici le 31 mars 2018

Les députés européens viennent de mettre fin à une procédure de plus de quatre ans en adoptant le texte qui impose l’appel d’urgence dans les véhicules neufs vendus en Europe.

L’eCall, qui alertera automatiquement les services de secours en cas d’accident, sera donc obligatoire et gratuit d’ici le 31 mars 2018, sur tous les nouveaux modèles VP et VUL, quel que soit le véhicule et son prix d’achat. Une obligation qui pourrait bien s’étendre à d’autres types de véhicules. La Commission européenne sera en effet tenue d’évaluer, dans un délai de trois ans après le printemps 2018, si l’eCall est pertinent pour les bus, cars ou poids lourds, dans l’optique de réduire toujours plus le nombre de tués sur les routes. En 2014, les accidents de la route ont coûté la vie à 25 700 Européens. Avec l’appel d’urgence, l’Europe espère bien faire reculer ce chiffre de 10 %. De fait, avec ce dispositif, les secours arrivent plus rapidement sur les lieux de l’accident.

Se pose toutefois la question du transfert et de la conservation des données récoltées. Pour y répondre, les députés ont renforcé la clause sur la protection des données dans le projet de législation. Le but : éviter la surveillance des véhicules équipés de l’appel d’urgence avant qu’un accident ne survienne. Dans les dispositions adoptées, l’appel automatique ne transmettrait aux services d’urgence que les données de base : type de véhicule, carburant employé, heure et lieu de l’accident, nombre de passagers.

Le texte précise de surcroît que ces données ne peuvent pas être transférées à des personnes tierces sans accord explicite de l’utilisateur. « Les fabricants devront aussi s’assurer que la conception de la technologie eCall permette d’effacer totalement et de façon permanente les données collectées », conclut le texte.