L’électrique au compte-gouttes

Tels l’Arlésienne, les véhicules électriques se font attendre sur le marché du VO. Alors que leurs ventes sur le marché du neuf progressent nettement, leur arrivée sur celui de l’occasion se fait au compte-gouttes. Selon Autovista, la Nissan Leaf est pratiquement introuvable en VO car elle s’exporte très bien vers les pays scandinaves et notamment la Norvège.

- Magazine N°217
555

« Pour ces zones géographiques, une voiture électrique doit être vendue avec ses batteries, estime Autovista. Or, dans le cas de la Renault Zoé ou du contrat Leaf Flex, ces équipements restent la propriété du bailleur. Le nouveau propriétaire du VO doit donc reprendre le contrat de location du précédent propriétaire ou en souscrire un nouveau : un réel obstacle hors de l’Hexagone. »

Le spécialiste de l’information automobile estime la valeur résiduelle de la Leaf à 39 % (14 000 euros) après 36 mois et 30 000 km, celle d’une Leaf Flex dans les mêmes conditions à 43 % (12 800 euros). Autre constatation d’Autovista, « les Citroën C-Zéro et les P...