« L’électrique doit correspondre à une réalité opérationnelle et financière »

Mickaël Cartron, responsable RSE de Chronopost International, revient sur l’intégration de véhicules électriques dans le centre opérationnel de Beaugrenelle à Paris.

385

Au sein de Chronopost, quels sont les engagements pour la mobilité durable ?

Avec 103 millions de colis livrés en 2013, Chronopost a vite compris que l’avenir passait par les transports alternatifs. En plus de la volonté de diminuer l’impact écologique de notre activité, nous essayons d’anticiper au maximum les contraintes législatives, comme les restrictions de circulation dans les centres-villes. Parallèlement, nous devons veiller à préserver la rentabilité. Mais si pour le moment le coût d’un véhicule à énergie alternative, notamment électrique, est supérieur à celui d’un thermique, la donne changera demain. En outre, le coût de la perte d’activité liée à la non-conformité à certaines législations serait bien plus élevé que le surcoût des technologies alternatives.

 

La diversification de la flotte passe-t-elle principalement par l’électrique ?

Déployer une flotte électrique demande une réflexion en amont avec une préparation dans la conception mais aussi dans l’investissement. L’électrique doit correspondre à une réalité opérationnelle mais aussi financière. C’est pourquoi nous avons d’abord déployé, dans notre centre de Beaugrenelle, une flotte de 10 véhicules électriques, des Mooville de Muses et des Renault Kangoo Z.E., soit 33 % de notre flotte totale. Nous travaillons actuellement avec les fournisseurs sur la définition du produit et des aspects pratiques.

Quels sont vos objectifs à moyen terme ?

Nous avons passé un accord avec la mairie de Paris qui a fourni les bâtiments où nous opérons à Beaugrenelle : dans le cadre de cet accord, nous nous sommes engagés à ce que notre activité ne perturbe pas la qualité de vie du quartier et qu’à ce titre, 100 % de la flotte soit électrique à l’horizon 2017, qu’elle soit en propre ou appartenant aux sous-traitant. Un objectif tout à fait réalisable puisque, proche de nos destinataires, nous ne réalisons que de courts trajets.

PARTAGER SUR