Les breaks du segment B (citadines) : des perles rares

Avant tout conçus pour offrir des capacités de charge accrues, les breaks dérivés de berlines ne sont pas très nombreux et peu vendus en raison de la concurrence des petits monospaces du même segment, souvent plus élégants et pratiques… mais plus chers.

- Magazine N°172
651
Les breaks du segment B (citadines) : des perles rares

Déclinés des citadines à hayon, les petits breaks ont pour objectif principal de leur apporter la capacité de chargement qui leur fait souvent défaut, sans pour autant alourdir la facture. Et contrairement aux breaks haut de gamme, la recherche d’un style plus épuré, d’un design plus sportif, ne se fait pas au détriment de l’habitabilité. L’exercice n’est pas facile avec des contraintes de dimensions limitées – l’allongement du porte-à-faux arrière est en général de 200 mm, pour une longueur totale de 4,20 m – et les quatre modèles disponibles sur le marché s’affranchissent assez bien de ces compromis inévitables. Que ce soient la Skoda Fabia...

PARTAGER SUR