Les collectivités à l’heure de la rationalisation

Comment évolue la gestion des flottes automobiles des collectivités ? C’est la question que nous avons posée à de nombreux responsables et gestionnaires de parcs de Conseils généraux à travers la France.

- Magazine N°153
556
Les collectivités à l’heure de la rationalisation

Comme l’on pouvait s’y attendre, et comme dans la plupart des entreprises, dans les flottes publiques, l’heure est à la réduction des émissions de CO2. La barre des 130 g/km -et même des 110 g/km- est la norme que tentent d’appliquer les Conseils généraux comme seuil d’émissions de leurs nouveaux véhicules. Au besoin, ces parcs procèdent à un rajeunissement accéléré de leurs véhicules et tous attendent avec impatience l’arrivée, sur le marché et dans leurs flottes, de véhicules électriques.

Autre constat, la location longue durée ne perce pas totalement dans les collectivités, expliquent la plupart des responsables de parcs interrogés, sauf pour certains véhicules de fonction attribués à des élus et nécessitant des services tel que le véhicule de remplacement ou bien encore pour certains modèles ayant une utilisation bien spécifique. En revanche, la rationalisation du parc est en cours et avec elle, la mutualisation des véhicules et leur mise en pool. Car il s’agit toujours d’optimiser au mieux l’attribution et l’utilisation des véhicules en parc sans avoir à accroître leur nombre. Ici apparaissent des parcs de scooters, là des vélos sont mis à la disposition des agents, ailleurs, on prône l’auto-partage ou encore on permute les véhicules en fonction des kilométrages parcourus par chacun.Toutes les bonnes idées sont ainsi testées et mises au profit de cette rationalisation.

Enfin, autre surprise, l’externalisation de l’entretien et de la réparation des véhicules qui semblait acquise et promise à un grand développement semble aujourd’hui remise en cause. Ainsi, alors que l’Etat et les grandes administrations veulent montrer l’exemple et externaliser la gestion de leur parc, au plan local, on constate parfois qu’un garage en interne peut être performant et rentable. L’arrivée de véhicules électriques dans quelques mois pourrait cependant remettre en cause cette perception.

PARTAGER SUR