Les enjeux du risque routier au travail

- Magazine N°127
380

Selon la Caisse Nationale d’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés (CNAMTS), le nombre d’accidents routiers survenus dans le cadre du travail s’est établi à 21 964 en 2004, dont 2 856 ont entraîné une incapacité permanente et 159 ont été mortels. Les journées de travail perdues s’élèvent à 1 600 597 sur cette même période, la durée moyenne d’un arrêt de travail pour incapacité temporaire s’établissant à 73 jours contre une moyenne de 50 jours pour l’ensemble des accidents du travail. Les accidents routiers représentent en conséquence environ 3 % des accidents du travail toutes causes confondus, mais 6 % des accidents avec incapacité permanente et 25 % des accidents mortels. Les accidents routiers de trajet s’élèvent à 51 939 en 2004, dont 7 301 ont entraîné une incapacité permanente et 448 ont été mortels. Les journées perdues s’élèvent à 3 584 919 pour cette même période, la durée moyenne d’un arrêt de travail pour incapacité temporaire s’établissant à 69 jours. Le risque routier encouru par les salariés a donc entraîné en 2004 pour la branche accidents du travail de la sécurité sociale, la prise en charge de 76 903 accidents avec arrêt, dont 10 157 avec incapacité permanente et 607 mortels, le nombre total de journées perdues s’élevant à 5 185 516. Même si on note une évolution positive entre 2002 et 2003, avec pour l’ensemble des accidents routiers pris en charge par la branche, une baisse de 12 % des accidents avec arrêt de travail et une baisse de 17 % des accidents mortels, la baisse en 2004 est plus faible et la situation demeure préoccupante. Le risque routier reste la première source d’accidents mortels au travail. C’est pourquoi la CNAMTS en a fait une de ses quatre priorités nationales, dans le cadre de ses orientations à moyen terme adoptées le 21 avril 2004.