Les flottes se mettent à l’heure d’hiver

Les flottes se mettent à l’heure d’hiver

Encore méconnus il y a quelques années, les pneus hiver commencent à entrer dans les moeurs. Les gestionnaires de flottes automobiles sont en effet de plus en plus nombreux à adopter cet équipement qui a avant tout pour objectif de renforcer la sécurité des collaborateurs de l’entreprise. À heure d’hiver, pneus hiver, à heure d’été, pneus été…

- Magazine N°162
806
Les entreprises ont tout intérêt à adopter les pneumatiques hiver. En effet, ces

Les professionnels ne disposent pas toujours de l’ensemble des informations requises pour arbitrer en toute connaissance de cause. C’est en tout cas ce qu’a démontré une étude de l’Ifop réalisée en 2009 pour le compte du Baromètre Pneumatiques de Speedy Fleet. Si 80 % des responsables de parcs interrogés estiment que les pneus hiver peuvent avoir un impact favorable sur la sécurité des conducteurs, ils ne sont que 50 % à en équiper leurs véhicules. Le fameux seuil des 7 °c au-dessous duquel les pneus hiver ont des performances optimales est méconnu par 90 % d’entre eux. Et ils sont nombreux à faire encore la confusion avec les pneus « neige », même si cette terminologie n’existe pas chez les manufacturiers.

Guillaume Carli, responsable marketing chez Goodyear Dunlop, rappelle que le marché français du pneumatique neuf de remplacement pour les véhicules de tourisme atteint 30 millions d’unités. « Seuls 8 à 10 % de ce marché sont mobilisés par les pneus hiver, explique-t-il. En Allemagne, le segment des pneus hiver représente 55 % du marché global. En France, tout le monde parle de pneus « neige » et, par conséquent, les associe à la conduite en montagne. Rien n’est plus faux. Les pneus hiver ont de meilleures performances dès que la température passe au-dessous de 7 °c : sous ce seuil s’opère la transition vitreuse (passage du caoutchouc élastique au verre) et les performances des pneumatiques classiques sont dégradées ». Et Guillaume Carli d’ajouter : « C’est le mélange de gommes des pneus hiver qui va faire la différence. Ainsi, à 50 km/h, en conditions hivernales, la distance de freinage d’un pneu hiver va être plus courte de 10 mètres par rapport à celle d’un pneumatique classique ».

Mais dans l’esprit de nombre de responsables de flottes, le surcoût lié à l’adoption des pneus hiver reste dissuasif. Conséquence : les entreprises dont les véhicules ne roulent pas dans les régions montagneuses s’abstiennent massivement. À tort, car non seulement le pneu hiver renforce la sécurité des collaborateurs, mais le surcoût reste limité. « Il y a plusieurs années, reprend Guillaume Carli, le pneu hiver était beaucoup plus cher que le pneu classique. Aujourd’hui, cette différence de prix s’inscrit dans une fourchette qui va de 5 à 10 %. Mais sur une période de six ans, si le véhicule adopte un train de pneus hiver et un train de pneus été en lieu et place de deux trains de pneus été, la différence de budget va être minime. Seule contrainte : il faut changer les quatre pneumatiques à chaque saison et stocker le train qui ne sert pas ».

Guillaume Carli, responsable marketing chez Goodyear Dunlop

Guillaume Carli, responsable marketing chez Goodyear Dunlop    

Pas de surcoût, mais une contrainte : changer les pneus…

Sur le plan pratique, il existe une règle simple pour savoir quand changer ses pneumatiques : à l’heure d’hiver, je chausse les pneus hiver et à l’heure d’été, je chausse les pneus été.

Sur la sécurité, les bénéfices sont loin d’être négligeables. Quelques chiffres pour mieux cerner les enjeux. Ainsi, en période hivernale, le tiers des accidents survient sur une chaussée glissante. À 50 km/h et à une température de 0 °c, il faut 62 mètres pour s’arrêter sur une route enneigée avec des pneus été, alors qu’il suffit de 40 mètres avec un pneu hiver. Alors que les entreprises sont tenues d’évaluer les risques auxquels sont exposés leurs collaborateurs et de prendre des mesures pour les limiter, le pneu hiver devrait s’imposer massivement. Pourtant, tel n’est pas encore le cas.

Spécialiste de la maintenance de parcs roulants, Pascal Dupont a créé MO + en 2004. Aujourd’hui, l’entreprise gère plus de 1 500 véhicules pour des entreprises opérant sur le marché de l’agroalimentaire.

Déléguer la gestion des pneumatiques en externe

Pour assurer la permutation entre les pneus été et hiver, MO + met notamment en place un système pour alerter les collaborateurs par e-mail. Ensuite, la demande de travaux est adressée au prestataire qui envoie sa facture à MO +. « Nous la vérifions et nous l’adressons à l’entreprise quand nous estimons qu’elle est justifiée, détaille Yves Potiron. Dans le cas contraire, nous gérons le litige avec le prestataire.

Enfin, nous rentrons les informations dans notre outil informatique pour établir un historique précis et détaillé. Nous sommes capables d’envoyer des alertes aux conducteurs et de contrôler les dates de changement et de permutation des pneumatiques. Si un conducteur conserve ses pneus hiver jusqu’en juin, l’information apparaît dans notre logiciel ».MO + a référencé deux réseaux (Point S et Eurogom) qui assurent le gardiennage des pneumatiques non utilisés. Là encore, le logiciel Kimoce employé par MO + permet de connaître précisément l’endroit où sont stockés les pneumatiques de tel ou tel véhicule. Pour sélectionner les prestataires, MO + s’est concentré sur la transparence et la simplicité de la tarification. « En termes de qualité de prestations, les écarts sont minimes entre les différents réseaux », précise Yves Potiron.

Pour la quatrième année consécutive, Speedy Fleet organise une grande opération autour de la sécurité en période hivernale. D’octobre à février, l’enseigne offre quatre contrôles gratuits pour l’achat de deux ou de quatre pneus hiver.

Pour la quatrième année consécutive, Speedy Fleet organise une grande opération autour de la sécurité en période hivernale. D’octobre à février, l’enseigne offre quatre contrôles gratuits pour l’achat de deux ou de quatre pneus hiver.

Assurer un suivi très attentif du poste pneus

Si la gestion des pneumatiques est intégrée dans le contrat de location longue durée, l’entreprise pourrait considérer qu’elle n’a plus à contrôler ce poste. Pour Yves Potiron, adopter une telle attitude serait une erreur : « Il faut suivre les tarifs, comparer les coûts avec une gestion en direct. Et tout n’est pas compris dans le loyer. Que faire quand le quota de pneus du véhicule est épuisé ? La permutation entre les pneus hiver et été n’est pas forcément incluse dans le contrat. Certains conducteurs sont pris au dépourvu quand le réseau leur facture cette prestation. Quand on change de véhicule, que deviennent les pneus hiver non consommés du précédent ? Chaque détail doit être vérifié et validé avec les loueurs ».

Tout en confiant le financement de leurs flottes aux loueurs, des entreprises ont décidé de s’en affranchir pour gérer leurs pneumatiques en direct. Avec ses 300 véhicules, le laboratoire Negma a fait ce choix en 2006.

Negma a fait le choix de la gestion en direct

« Aujourd’hui, expose Fabrice Chevillat, responsable de la flotte automobile et des GSM, je gère directement le changement des pneumatiques avec les deux réseaux sélectionnés. Sans intermédiaire, nous sommes plus réactifs. À titre d’exemple, si une vague de froid s’abat sur une région et si les pneus hiver n’ont pas été négociés au préalable, il est difficile d’obtenir rapidement satisfaction. En gérant ce poste en direct, je donne l’accord dans la journée. Autre avantage, je dispose désormais d’un historique ».

Face aux entreprises, les enseignes de la réparation rapide font feu de tout bois pour s’adjuger les prestations autour des pneus hiver. Pour la quatrième année consécutive, Speedy Fleet organise une grande opération autour de la sécurité en période hivernale. D’octobre à février, l’enseigne offre quatre contrôles gratuits pour l’achat de deux ou de quatre pneus hiver. Ainsi, batterie, fluides, vitrage et éclairage font l’objet d’un diagnostic complet pour affronter avec davantage de sérénité les conditions de conduite en période hivernale.

 Autre acteur, Euromaster assure sur site la permutation entre les pneus été et hiver. En outre, l’enseigne du groupe Michelin assure le gardiennage des enveloppes non utilisées. « C’est sur ces prestations que nous avons remporté l’appel d’offres de France Télécom », se félicite Pierre Coquard, directeur des ventes adjoint du département revente, b to b véhicules légers et LLD.

Fabrice Chevillat, responsable de la flotte automobile et des GSM, Negma

Fabrice Chevillat, responsable de la flotte automobile et des GSM, Negma

Avant tout, préserver le capital humain de l’entreprise

Grâce à ces services, il est donc de plus en plus facile de changer les pneus des flottes à chaque saison. Et le surcoût limité milite en faveur du pneu hiver. Les entreprises ont donc tout intérêt à adopter cet équipement qui apporte un bénéfice difficilement mesurable mais bien réel : renforcer la sécurité de leurs collaborateurs, leur principal capital.

Pneus hiver

Définir des règles

Selon Yves Potiron, gestionnaire de flottes au sein de MO +, tout le territoire français n’est pas concerné par les pneus hiver. « Les entreprises doivent opter pour ce type d’enveloppe dans les régions où le gel n’est pas exceptionnel, explique-t-il. Dans les Alpes ou les Vosges, ils sont légitimes, moins sur la côte Atlantique ».

Contrairement aux manufacturiers et aux réseaux spécialisés qui insistent sur la réelle utilité des pneus hiver dès que la température passe sous les 7 °c, Yves Potiron recommande ce type d’enveloppe a partir de 0 °c : « Quand le risque de gel et de neige apparaît, les pneus hiver deviennent légitimes. Dans certaines régions, ils sont indispensables ». On a beau insister et répéter que, selon les manufacturiers, les pneus hiver ne sont pas des pneus neige, Yves Potiron persiste : « Il existe un grand flou sur les définitions et la différence entre pneu neige et pneu hiver est mouvante ». Dans ce contexte, quelles règles doivent encadrer le recours aux pneus hiver ? Yves Potiron évoque deux critères prépondérants adoptés par les entreprises : le niveau hiérarchique du collaborateur et la région dans laquelle il se déplace : « Plus l’on monte dans la hiérarchie, plus les trajets sont nombreux et plus l’entreprise protège son collaborateur.

Parallèlement, les entreprises attribuent des pneus hiver à leurs collaborateurs qui roulent dans des régions montagneuses ».

Les flottes se mettent à l’heure d’hiver